Accueil
A plus dun titre 25 11 16
Partager

A plus dun titre 25 11 16

Un article rédigé par Jean-Claude DUVERGER - RCF Saint-Étienne,  -  Modifié le 26 novembre 2016

Les jeunes Iraniens rêvent-ils encore d’en finir avec le régime ? Comment se rencontrer dans cette société qui ne le permet jamais ? Comment flirter ? Comment choisir sa femme ou son mari ? Malgré la tradition, malgré le régime. Des journalistes ont interviewé clandestinement de jeunes Iraniens pour donner un éclairage politique et social. Comment échapper à la police pour vivre sa love story ?

 

Chronique de Jacques PLAINE publiée dans L’Essor

 
Jane Deuxard et Deloupy - Love story à l’Iranienne - Delcourt - 17€95
 
L’auteur Jane Deuxard a deux têtes et quatre mains. C’est un homme et une femme. Un couple de journalistes qui bravant les interdits - et en tenue de camouflage (le voile et un manteau trois-quarts pour Madame) - s’est rendu en Iran, clandestinement, car les médias ne sont pas les bienvenus au pays des mollahs.
 Fort de témoignages qui mettent en lumière la vie de galère des jeunes de là-bas, le couple Deuxard avait deux possibilités, ou publier un essai voué à une diffusion confidentielle ou trouver une idée flash capable de toucher le grand public. Voilà comment est né avec Deloupy un projet de bande dessinée. Une BD où les jeunes Iraniens rencontrés et interviewés dans des lieux qui leur permettaient de préserver leur anonymat - rues, boulevards, grands magasins ou même dans leur voiture - puissent être visuellement mis en scène. « J’avais la matière, les mots de ces jeunes Iraniens et je devais les mettre en image » souligne Deloupy, alias Serge Prudhomme fondateur par ailleurs et avec Alep des éditions Jarjille.
 L’idée était la bonne et « Love story à l’Iranienne» avait tiré la queue du singe. Une première édition  de 10 000 exemplaires, des émissions et des articles qui s’enchaînent : France Inter, France Culture, le Grand Journal de Canal +, Le Monde, Elle, le Nouvel Obs, sonnez trompettes, battez tambours, l’éditeur avait tiré le gros lot.
 L’Iran est toujours l’Iran. La Perse est toujours la Perse. L’élection à la présidence de la République de Hassan Rohani en 2013 à la place de l’ultraconservateur et ancien maire de Téhéran, Mahmoud Ahmadinejad, n’y a rien changé. Pas plus d’ailleurs que l’accord du 13 juillet 2015 sur le nucléaire. Les traditions sont toujours là. Haro sur l’amour dans le pré. Effeuiller la marguerite est impensable, les filles sont en laisse, les mariages arrangés, la musique bannie du domaine public, les piscines extérieures et les paraboles interdites, les nouvelles technologies confisquées par le régime…
 Sauf qu’il peut y avoir arrangements avec le ciel. Le ciel du bon Dieu de là-bas. A mollah, mollah et demi, attention les places sont réservées.

       

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don