Accueil
Vincent Michelot: "Hillary Clinton paiera le fait de représenter le passé"
Partager

Vincent Michelot: "Hillary Clinton paiera le fait de représenter le passé"

RCF,  -  Modifié le 29 juin 2021
L'Invité de la Matinale Vincent Michelot: Hillary Clinton paiera le fait de représenter le passé
Le premier grand débat télévisé de l’élection présidentielle américaine entre Donald Trump et Hillary Clinton a eu lieu lundi soir. Une vraie passe d'armes entre les deux candidats.
podcast image par défaut

Selon un premier sondage réalisé dès la fin du débat la candidate démocrate a remporté le premier débat présidentiel contre son rival républicain Donald Trump, pour 62 % des personnes interrogées. Si Donald Trump a paru plus incisif, plus combatif sur la forme, Hillary Clinton semble avoir remporté la bataille sur le fond. 

Vincent Michelot, professeur à Sciences Po Lyon, spécialiste des Etats-Unis, rappelle qu'"Hillary Clinton a surpris par sa combativité. Et d’un autre côté, on attendait beaucoup de Trump. La première partie de son débat a été tout à fait honorable. En revanche les deux derniers tiers du débat ne se sont pas bien passés pour lui. Il a été mis en difficulté à de nombreuses reprises"

Ce spécialiste des Etats-Unis ajoute que "Donald Trump, dès le début, laissait paraître une indignation permanente, une espèce de colère rentrée qui, au fur et à mesure du débat, était de plus en plus difficile à contenir. Et il y a eu quelques saillies malheureuses. Il y a surtout eu cette faiblesse qui est la sienne, de vouloir répondre aux attaques d’Hillary Clinton, en l’interrompant, en la méprisant, avec des formules qui ne sont pas à son avantage."

A deux reprises, Donald Trump s'est particulièrement trouvé en difficulté, sur la guerre en Irak, et au sujet de la polémique sur le certificat de citoyenneté d'Obama. '"Sur la guerre en Irak, on sait qu’il a exprimé dans un premier temps une opinion favorable, puis s’est contredit. Le problème n’est pas là véritablement, puisqu’Hillary Clinton a fait la même chose. Mais Donald Trump ne veut pas reconnaître sa position de départ" rappelle Vincent Michelot.

Ce qui a été beaucoup plus dommageable pour lui, c’est sa controverse sur Obama. "Il a dit qu’il avait rendu service au pays en contestant la citoyenneté de Barack Obama, alors qu’il s’agissait d’une position systématiquement raciste. Cette controverse n’avait jamais eu lieu. Sa pirouette rhétorique sur la question l’a rendu très peu crédible" précise ce spécialiste de l'Amérique.

Pour Hillary Clinton, sa principale difficulté a porté sur le TIPP, un sujet économique puisqu'il s'agit du traité transatlantique, combattu aujourd'hui par la France. "On a un candidat qui veut incarner le changement et de l’autre côté une candidate qui a trente ans d’expérience politique derrière elle. Pour autant, elle est la candidate du statu quo, de la continuité, autant en matière économique que sur la sécurité intérieure. Elle paiera nécessairement le fait de représenter le passé" conclut Vincent Michelot.
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don