Accueil
Urgences à Nice et Draguignan : "on nous demande de choisir qui doit vivre et qui doit mourir"
Partager

Urgences à Nice et Draguignan : "on nous demande de choisir qui doit vivre et qui doit mourir"

Un article rédigé par Laura Vergne - RCF Nice Côte d'Azur, le 12 juillet 2022  -  Modifié le 12 juillet 2022

L'hôpital public est à bout de souffle dans les Alpes-Maritimes et le Var. Les urgences sont saturées à Nice et fermées à Draguignan. Une situation qui met en danger la vie des patients.  

Hôpital Pasteur à Nice - Photo RCF Nice Côte d'Azur Hôpital Pasteur à Nice - Photo RCF Nice Côte d'Azur

9 h du matin, ce mardi 12 juillet, aux urgences de l'hôpital Pasteur à Nice, 52 personnes attendent d'être prises en charge. Certaines sont là depuis la veille. L'hôpital est saturé, des brancards en plein milieu des couloirs et des box individuels doublés. "Tout ça, c'est la conséquence de la fermeture du service d'accueil des patients pendant la période estivale et la suppression de 150 lits", s'indigne Gislaine Raouasi, secrétaire CGT de l'hôpital Pasteur à Nice. Sur les 80 infirmières de l'hôpital Pasteur, 16 sont parties, surtout à cause des conditions de travail. 

 

 

On nous demande de choisir qui doit vivre et qui doit mourir

 

Le 29 octobre 2021, le service des urgences avait fermé la nuit avant de pouvoir ouvrir de nouveau le 15 avril dernier. Une situation qui n'a pas duré puisque que le 4 juillet les urgences ferment à partir de 18 h 30. Une situation "catastrophique et dangereuse" avec l'arrivée des touristes, la population triple. "On peut voir un enfant avec une douleur abdominale, ne pas pouvoir s'occuper de lui alors que ça peut être une constipation comme bien plus grave, mais on ne peut pas le savoir", s'inquiète l'aide-soignante.

 

En effet, depuis le début de la crise du Covid les moyens sont insuffisants, ce qui oblige les soignants à endosser une lourde responsabilité : celle de la sélection. "On nous demande de choisir qui doit vivre et qui doit mourir", avoue Patricia Duthe, aide-soignante à l'hôpital de Draguignan. Avant de rajouter : "Les patients ne sont plus des humains mais des machines", avoue-t-elle péniblement. 

 

 

A Nice, les urgences constatent 70 passages par jour de plus que la moyenne annuelle. Une situation qui s'explique avec l'arrivée des touristes, la nouvelle vague du Covid et la sécheresse qui touche beaucoup de personnes âgées. 

 

Une manifestation de la CGT (Confédération générale du travail) est prévue le lundi 1er août 2022, sur le parvis de l'hôpital Pasteur à Nice, pour dénoncer la situation de l'hôpital public. 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don