Accueil
Une soirée sur la fin de vie au diocèse de Marseille
Partager

Une soirée sur la fin de vie au diocèse de Marseille

Un article rédigé par Sophie Lecomte - Dialogue RCF (Aix-Marseille), le 19 janvier 2023  -  Modifié le 20 janvier 2023
Carrefour Catholique Une soirée sur la fin de vie au diocèse de Marseille

Comment aborder cette question douloureuse de la fin de vie? Quel est le rôle des soins palliatifs? Comment accompagner, soulager, apaiser les personnes en souffrance?
Le 27 janvier prochain le diocèse de Marseille propose une soirée rencontre autour de ces questions à 20h au centre le Mistral et on en parle tout de suite dans cette émission avec notre invité, le docteur Hubert Tesson.
 

©Robert Poulain ©Robert Poulain

Le 9 décembre dernier a été lancée en France, la Convention citoyenne sur la fin de vie. Concrètement, 150 citoyens ont été tirés au sort pour débattre sur ces questions. Le 8 janvier, un vote informel s’est tenu en clôture de la troisième session des travaux. À la question : « Êtes-vous, à ce stade, en faveur d’une évolution du cadre légal ? », une très forte majorité s’est déclarée pour.


Les discussions autour de l’évolution du cadre légal portent sur le suicide assisté.
C’est un regard “inquiet” que porte le docteur Hubert Tesson sur toutes ces questions de la fin de vie.
Médecin à la clinique Sainte Elisabeth à Marseille, il est un fervent défenseur des soins palliatifs. Ils ont permis de prendre “conscience que l’acharnement thérapeutique et l’euthanasie étaient des impasses et n’étaient pas respectueuses des malades, des familles et des soignants” explique-t-il avant de reconnaître qu’il a vu avec joie les soins palliatifs se développer et qu’il craint que “l’évolution de cette loi vienne saper cette organisation”. Son expérience de médecin lui fait redouter qu’on apporte surtout “une réponse technicienne qui ne répondra pas aux besoins réels et profonds des patients”.


Pour lui, la question de l’euthanasie conduit souvent à des réponses rapides sans toujours bien connaître la réalité de ce qui est vécu.

 

Les soins palliatifs ne refusent pas la réalité de notre mortalité

 

 

On parle souvent des soins palliatifs comme du parent pauvre de l’hôpital public pourtant pas toujours simple de comprendre en quoi ils consistent. “C’est tout ce qui reste à faire quand il n’y a plus rien à faire”, résume le docteur Tesson. Des soins qui sont réservés à la phase terminale c’est-à-dire aux derniers jours des malades. Contrairement aux soins curatifs, ils ne s'attaquent pas à la maladie mais plutôt  aux conséquences difficiles, liées à la maladie. 

 

Les soins palliatifs permettent de “prendre le malade au-delà d’un objet de soin, dans toute sa réalité de sujet avec des besoins très spécifiques, physiques, psychologiques, sociaux, familiaux et aussi des besoins spirituels; des soins qui ne refusent pas la réalité de notre mortalité,” précise Hubert Tesson. 

Ils sont une vraie médecine, pas encore suffisamment développés car ils sont exigeants en temps et en attention.

 

Quant à la question de la souffrance, le docteur Tesson confie que les quelques demandes d’euthanasie, auxquelles il a eu à faire face, ont disparu à partir du moment où les patients étaient écoutés, réconfortés et pris en charge. 

 

Un sujet, difficilement épuisable, que le diocèse de Marseille vous propose d’explorer le vendredi 27 janvier à 20h au centre le Mistral. 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don