Accueil
Une salle pour des accouchements naturels à l'hôpital de Bourges
Partager

Une salle pour des accouchements naturels à l'hôpital de Bourges

Un article rédigé par Guillaume MartinDeguéret - RCF en Berry, le 23 mars 2023  -  Modifié le 8 janvier 2024
Emissions spéciales Une salle nature à l'hôpital de Bourges

C'est une demande de plus en plus fréquente par les futurs parents : faire naître leur enfant de manière naturelle, sans aide médicale. C'est désormais possible à l'hôpital de Bourges qui vient d'ouvrir sa "salle nature", la seule structure de ce type pour le moment dans la ville. Il y en a déjà une à Vierzon.

La "salle nature" de l'hôpital dispose notamment d'une baignoire. © RCF - Guillaume Martin-Deguéret. La "salle nature" de l'hôpital dispose notamment d'une baignoire. © RCF - Guillaume Martin-Deguéret.

Accoucher de la manière la plus naturelle possible ! C'est ce que propose l'hôpital de Bourges depuis la mi-janvier. L'établissement a ouvert une "salle nature" qui permet aux femmes qui sont intéressées par cette démarche de mettre leur bébé au monde sans aides médicales. Pas de déclenchement artificiel ni de péridurale, mais différentes installations pour faciliter le travail et limiter les douleurs dues aux contractions.

 

La salle nature est opérationnelle depuis mi-janvier © RCF - Guillaume Martin-Deguéret.

Moins de stress


Il y a d'abord la baignoire, dans laquelle peuvent s'immerger les futures mamans pour essayer de se détendre autant que possible dans une eau à 37 degrés pendant les contractions, et qui permet de faciliter le travail et l'ouverture du col : « On peut leur proposer de se mobiliser, de bouger ou de prendre un bain » explique Angèle Charon, sage-femme à l'hôpital. « Elles peuvent passer le temps qu'elles veulent dans l'eau : 1 h, 2 h... On a une dame qui y a passé 3 h ! Elles en sortent quand elles en ont marre, ou que nous jugeons cela nécessaire ». Outre les effets positifs de l'eau, il y a également d'autres installations à disposition : « Elles peuvent se mettre à quatre pattes, être assises sur le ballon, s'étirer avec leur conjoint, se suspendre avec la liane... Il y a plein de positions différentes pour accepter les contractions ». Une manière d'être davantage maîtresses de leur accouchement pour ces femmes, mais aussi d'être « moins stressées » estime Angèle Charon.

 

Angèle Charon, sage-femme à l'hôpital de Bourges © RCF - Guillaume Martin-Deguéret.

Confort de la maison, sécurité de l'hôpital ?


Lumières réglables avec différentes couleurs, variateur, peinture douce sur les murs... Tout est fait pour que l'ambiance de la salle soit la plus "cocooning" possible. Ce type d'accouchement est de plus en plus demandé par les futurs parents : « Ce que ça change, c'est de pouvoir réaliser un accouchement le plus physiologique possible, dans des conditions de sécurité qui sont identiques à celles d'une salle d'accouchement conventionnelle » explique le docteur Julien Cirier, gynécologue-obstétricien, chef du service de gynécologie-obstétrique et du pôle Femme Mère Enfant à l'hôpital. « L'une des premières complications de l'obstétrique, ça reste l'hémorragie de la délivrance. On n'imaginerait pas prendre en charge ce type de complication dans une salle qui n'a pas les moyens de le faire. »

 

La table d'opération de la salle nature © RCF - Guillaume Martin-Deguéret.

Pas pour tout le monde

 

Néanmoins, toutes les grossesses ne sont pas compatibles avec un accouchement naturel : « Il y a certaines restrictions qui font que par essence, la grossesse et l'accouchement, contre-indiquent un accouchement physiologique » prévient le docteur Julien Cirier. « Par exemple, s'il y a une pathologie de grossesse, pour la maman ou le bébé à naître, ou s'il y a des complications au cours du travail. Actuellement en France, il y a entre 20 et 22 % de césariennes, il est évident que ça arrive aussi sur des grossesses tout à fait normales. Ça arrivera aussi aux couples qui ont choisi d'utiliser la salle nature. »


L'accouchement au sein de la salle nature de l'hôpital de Bourges ne se décide pas au dernier moment et nécessite une préparation des parents en amont.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don