Accueil
Un Noël particulier pour les gréco-catholiques ukrainiens de Marseille
Partager

Un Noël particulier pour les gréco-catholiques ukrainiens de Marseille

Un article rédigé par Sophie Lecomte - Dialogue RCF (Aix-Marseille), le 20 décembre 2022  -  Modifié le 20 décembre 2022
Vitamine C (Aix-Marseille) Un Noël particulier pour les gréco-catholiques ukrainiens de Marseille

Le 8 décembre dernier le cardinal Jean-Marc Aveline lançait un appel pour venir en aide aux familles ukrainiennes. Un peuple fortement éprouvé par la guerre.
A Marseille, la communauté gréco-catholique ukrainienne se mobilise pour soutenir son pays.
Dans quel état d'esprit s'apprêtent-ils à fêter Noël?
Rencontre avec Père Mykola Hryvnak à la tête de cette communauté, dans cette émission.

©Robert Poulain ©Robert Poulain

L’année 2022 aura été marquée par le conflit en Ukraine. Une guerre qui s’enlise, et inquiète de plus en plus. Le 19 décembre, une attaque de drones sur Kiev a provoqué de nombreuses coupures de courant.

Les ukrainiens présents en France et à Marseille en particulier se mobilisent pour venir en aide à leurs compatriotes restés au pays.


Le cardinal Jean-Marc Aveline, a lancé un appel dans le diocèse de Marseille pour collecter des groupes électrogènes et autres stations électriques, les besoins les plus urgents actuellement en Ukraine.
A Marseille, depuis près de cinq ans est présente une communauté gréco-catholique  ukrainienne avec à sa tête le Père Mykola. Depuis février, ils ont créé l’association “fraternité franco ukrainienne Provence” qui leur a permis d’envoyer sept semi-remorques remplis de médicaments, produits d’hygiène, alimentaire ou encore du matériel médical.
Le Père Mykola est touché par la solidarité qui s’est mise en place, ici à Marseille. “On ressent beaucoup de soutien de votre part, merci!”, confie-t-il.


 
Une solidarité qui passe aussi par une communion de prière qui est importante pour le Père Mykola. “La guerre est un terrible mal, explique-t-il, c’est le mal diabolique et le mal ce n’est pas que les choses physiques, c’est surtout les choses spirituelles. À Marseille, on essaie de tenir ce front spirituel tous les dimanches, on prie pour l’Ukraine et pour le peuple ukrainien, pour nos familles qui sont là-bas et je vois que les paroissiens continuent de prier. Il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir de la prière”. Un peuple qui tient, résiste et remplit de fierté le Père Mykola.


 
Le Sauveur a connu les mêmes conditions que beaucoup de nos ukrainiens


 
Cette année, Noël a une couleur particulière pour la communauté gréco-catholique de Marseille. “Nous préparons Noël, comme chaque année, nous essayons de réfléchir, de plonger dans le mystère, de la naissance du sauveur, qui a connu les mêmes conditions que beaucoup de nos ukrainiens. Jésus était un réfugié pour sauver sa vie, et notre peuple vit actuellement la même chose (...). Aujourd'hui de nombreux ukrainiens sont nés dans des caves. Nous voyons que le Seigneur, notre sauveur lui-même, comme les ukrainiens, a ressenti le péché d’un homme obsédé par le pouvoir , comme le roi Hérode et maintenant c’est Poutine, avec les personnes autour de lui”.
 
Malgré la douleur et la souffrance de la guerre, le Père Mykola ne perd pas espoir pour 2023 et nourrit le souhait que la guerre se termine par une juste victoire,  et surtout “que tous [les] militaires ukrainiens retournent dans leur famille en vie et en bonne santé”
Une prière faite chaque jour par le Père Mykola. 
 
Contact communauté gréco-catholique ukrainienne de Marseille.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don