Accueil
Un livre sur Gabriel Monnet, premier directeur de la Maison de la Culture de Bourges
Partager

Un livre sur Gabriel Monnet, premier directeur de la Maison de la Culture de Bourges

Un article rédigé par Guillaume Martin-Deguéret - RCF en Berry, le 21 juillet 2021  -  Modifié le 8 janvier 2024
L'invité de l'été Un livre sur les années berruyères de Gabriel Monnet

La nouvelle Maison de la Culture de Bourges ouvrira  enfin ses portes au public en septembre prochain, après presque 10 ans à vivre "hors les murs". L'occasion de jeter un œil dans le retro, et de revenir sur les débuts de la MCB avec un livre-DVD qui vient de paraître, le 1er juillet dernier.

De gauche à droite au premier plan : André Malraux, le Général de Gaulle et Gabriel Monnet à la MCB en 1965 © Archives Départementales du Cher. De gauche à droite au premier plan : André Malraux, le Général de Gaulle et Gabriel Monnet à la MCB en 1965 © Archives Départementales du Cher.

« N'en doutez pas, la saison sera belle » signait Gabriel Monnet dans le programme de la saison 1960-1961 du Théâtre Municipal de Bourges. C'est cette phrase qui a inspirée à l'association Double Cœur le titre du livre que l'association vient de publier. "La Belle Saison" retrace les années berruyères de Gabriel Monnet (de 1960 à 1969), qui deviendra le premier directeur de la Maison de la Culture.

 

C'était un animateur avant tout, mais surtout un comédien. Il était musicien, metteur en scène, c'était quelqu'un de très complet.


C'est Pierre Potier, avocat et conseiller municipal qui va convaincre Gabriel Monnet de venir s'installer dans le Cher. Il devient alors directeur de la Comédie de Bourges au début des années soixante : « Certains lui disaient : mais qu'est-ce que tu vas foutre à Bourges, il n'y a rien ! [Il répondait] : Si j'y viens, c'est parce que il n'y a rien justement ! » raconte, amusé, François Carré. 


Et la Maison de la Culture fut !


Ce n'est que quelques années plus tard que l'ancienne salle des fêtes, située à côté de la place Séraucourt, devient la Maison de la Culture. Elle est inaugurée en 1964 par André Malraux, puis en 1965 par le Général de Gaulle en personne. Mais l'histoire de la MCB commence plus tôt : « Elle a été inaugurée une première fois le 12 octobre 1963 par le public » rappel François Carré.

Gabriel Monnet avait d'ailleurs déjà repéré l'édifice : « Il est venu plusieurs fois avant à Bourges. Il disait : moi, ce bâtiment, j'aimerais bien l'animer et faire des choses dedans ». Appel entendu : Gabriel Monnet devient le premier directeur de la Maison de la Culture de Bourges, poste qu'il occupera jusqu'à son départ du Berry en 1969. Dans la création de la MCB, Garbiel Monnet jouera « un rôle important » assure François Carré.

 

Brel est passé plusieurs fois, Brassens a été le premier à passer... Ça a été aussi bien Juliette Gréco que Barbara et autres !


La culture arrive en province


La création de la Maison de la Culture marque une nouvelle étape dans la décentralisation culturelle : « C'était un premier jalon pour Bourges » explique François Carré. L'occasion pour la ville de voir défiler des artistes de renom avant même la création du Printemps, qui n'arrivera qu'en 1977 : « C'est vrai qu'on a eu à Bourges des choses exceptionnelles [...] Brel est passé plusieurs fois, Brassens a été le premier à passer... Ça a été aussi bien Juliette Gréco que Barbara et autres ! »


Un livre et un DVD


Avec près de 300 pages au compteur, "La Belle Saison" nous propose une plongée dans les années 60 et le monde culturel berruyer par le biais de Gabriel Monnet. Mais au milieu des textes, archives et vieilles photos, on trouve également un DVD. On y découvre notamment une interview de Gabriel Monnet réalisée par l'historien Pascal Ory (devenu académicien cette année) en 1983, au milieu d'autres archives.


"La Belle Saison" de l'association Double Cœur est à retrouver dans plusieurs librairies du département, et notamment à La Poterne à Bourges. Tarif : 38 euros.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don