Accueil
Un duo pour le barreau de Montpellier
Partager

Un duo pour le barreau de Montpellier

Un article rédigé par Judith Perret - RCF Hérault, le 14 février 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
25 min pour comprendre, avec le barreau de Montpellier Entretien avec le nouveau bâtonnier de Montpellier

Elus l’été dernier, c'est donc bien un duo à la tête du barreau de Montpellier ont pris leur fonction le 1 er janvier 2023. Usuellement attribué à une seule personne, l’ensemble des avocats de Montpellier a décidé de confier ce rôle à un binôme : un homme et une femme. Iris Christol est avocate pénaliste, Maxime Rosier est publiciste, spécialisé dans le droit des affaires. Au micro de Cédric Combet, Maxime Rosier nous éclaire sur le rôle du bâtonnier et nous parle, entre autres choses, des différentes actualités de la justice à différentes échelles.

Maxime Rosier bâtonnier et Iris Christol vice-bâtonnier ©RCF Maguelone Hérault Maxime Rosier bâtonnier et Iris Christol vice-bâtonnier ©RCF Maguelone Hérault

Montpellier, ville de droit et de justice

 

Avant toute chose, Maxime Rosier nous rappelle que Montpellier est une ville dans laquelle le droit occupe une place prépondérante : « Notre ville entretient avec la chose juridique quelque chose de tout à fait singulier », grâce à ses institutions telles que les différents tribunaux présents mais aussi grâce à la Faculté de droit. Il y a à Montpellier un réel dynamisme en matière de droit et de justice comme le témoignent la tenue l’année dernière de la « Nuit du
droit » et de l’exposition « l’avocat dans la ville ».

 

Être avocat et bâtonnier 

 

Et pourtant, malgré ces diverses animations, les métiers du droit sont méconnus, en particulier celui d’avocat, qui est encore confronté à beaucoup de préjugés et de stéréotypes. Pour Maxime Rosier, c’est une profession qui n’est pas uniforme. Preuve en est le duo de bâtonniers, l’une pénaliste, l’autre publiciste. Plus précisément sur la fonction du bâtonnier, Maxime Rosier nous explique : il s’agit de veiller à la bonne pratique de la profession d’avocat au niveau d’un ensemble d’avocats, réunis en un ordre, en l’occurrence celui de Montpellier. La fonction de ce dernier est de coordonner les avocats d’un ordre qui élisent un ou plusieurs bâtonnier(s), ils gèrent les conflits mais sont également en charge de la gestion des honoraires. Aussi ont-ils une mission de représentation à différentes échelles. Le barreau de Montpellier est le septième plus important de France en terme d’effectifs, et quand tous les bâtonniers France se réunissent à Paris, ceux de Montpellier n’« arrivent pas dans l’anonymat » précise le publiciste.


Les bâtonniers dans leur cité et dans leur temps


Maxime Rosier l’affirme : les relations avec la métropole et le département sont très bonnes. Et cela montre bien que les bâtonniers ont un rôle qui dépasse celui de leur cour et qu’ils sont vraisemblablement dans la cité et dans leur temps. Et en matière d’actualité, Maxime Rosier a des choses à dire. Si les avocats ne sont pas directement concernés par la réforme des retraites puisqu’ils bénéficient d’un régime dit « autonome », différent des régimes spéciaux (les
avocats ont leur propre système de retraite, qui est d’ailleurs excédentaire), ils contestent pour beaucoup la réforme de la justice. Selon Maxime Rosier, cette réforme et les précédentes tendent jusqu’à présent à « déjudiciariser » les choses par manque de moyen. Il faudrait donc pour lui » corriger les réformes » préexistantes en donnant davantage de moyen à la justice, car jusque-là, «  tout tient par des bouts de ficelles ». L’urgence est également matérielle puisque des lieux de la justice, sur tout territoire sont à rénover.

Une invitation à être acteur de la justice.


Maxime Rosier conclut en nous incitant surtout à être acteur de la justice, à être curieux. Il encourage également tous les jeunes qui sont intéressés par une carrière dans la justice à s’intéresser à toutes ces questions, à faire des stages d’observation, rencontrer des professionnels, etc.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don