Accueil
Truculent
Partager

Truculent

RCF,  -  Modifié le 23 mars 2018
Parmi les dix mots de cette semaine de la langue française, il y en a un qui a changé énormément de sens au fil des siècles, le mot truculent.
Pascal Hausherr Pascal Hausherr

Il est vrai que c'est un mot que l'on comprend sans pouvoir aisément le définir. Presque tous les dictionnaires le définissent par « haut en couleurs », dans un premier temps, ou encore plus facile et c’est là que j’apprécie le Petit Larousse illustré, « plein de pittoresque et de vigueur », avec un exemple explicite : un personnage, ou un style truculent.

Là on bénéficie d’un sens actuel du mot, et c’est parfaitement défini, mais si on remonte à son origine, alors c’est un autre sens qui est à mettre en avant. Je vous lis un passage ou « truculent » a son sens d’autrefois, dans un texte que nous connaissons le Capitaine Fracasse par Théophile Gautier, publié en 1863 : il avait « tous les signes extérieurs de la férocité… de gros sourcils charbonnés… une physionomie truculente …. Comme les peintres aiment à en donner aux bourreaux ». Diable ! Ou encore toujours dans le même roman « Des gaillards à mine truculente… frappaient sur les tables des coups de poing à tuer des bœufs ». C’est qu’en fait, on est encore là dans le sens latin du mot truculentus, qui voulait dire « cruel », truculentus construit sur trux, trucis, sauvage, mot qui apparaît à la fin du XVe siècle. Ses synonymes alors signalés sont éloquents : cruel, rude, sauvage, terrible, violents. On le disait d’une personne mais aussi d’une chose, « On a un damné qui sort de son gouffre, pour nous faire sa confession atroce et d’une énergie truculente »  dit encore Sainte-Beuve.

A la fin du XIXe siècle, le mot a totalement changé de sens pour évoquer quelque chose, quelqu'un plein de vitalité, hardi, et même comique par ses excès. Et voilà par exemple notre tout nouveau académicien, Patrick Grainville évoquant dans Les Flamboyants en 1976 un roi qui dit-il fait des « rototos », avec un écho truculent jailli du ventre. Tu ne ris pas de mes rots ! s’étonna le roi en regardant William ». Nous voilà loin du registre de la férocité. Que la férocité disparaisse, on ne s’en plaindra pas !

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don