Accueil
Sortir de la consommation à outrance
Partager

Sortir de la consommation à outrance

RCF,  -  Modifié le 30 novembre 2020
La "sobriété heureuse" : l'anti-Black Friday qui recentre sur l'essentiel !
Bruno Kelzer on Unsplash Bruno Kelzer on Unsplash

Éloge de la "sobriété heureuse"

Pour Michel-Maxime Egger, sociologue, écothéologien et auteur du livre "Se libérer du consumérisme" , "le grand défi de notre époque c'est d'opérer la transition écologique, c'est à dire de passer d'un système productiviste qui détruit le vivant pour aller vers des sociétés qui, au contraire, vont permettre de soutenir, de protéger, de respecter la Terre et les êtres qui l'habitent."

Pour vivre cette transition et aborder l'avenir sereinement, l'écothéologien préconise "l'adoption d'un mode de vie plus simple" comme le défend le Pape François avec sa proposition de "sobriété heureuse".
Au-delà de la satisfaction d'une joie simple que peut procurer cette sobriété elle est "pleine de sens".

Sortir de la démesure

Déjà dans la Grèce antique la démesure qu'on appelle "l'hubris", est considérée comme "quelque chose de proprement anormal", pire c'était "un crime contre la nature qui été sanctionné par un châtiment divin" nous rappelle Michel Maxime Egger.
Notre société actuelle, à l'inverse, se complaît dans une consommation déréglée qui porte préjudice à la nature mais également à l'Homme car "à partir du moment où il y a excès, il y a épuisement tant de la terre que de tous les êtres qui l'habitent".
Pour sortir de cela, le Pape nous appelle à opérer une "révolution culturelle courageuse" dans l'encyclique Laudato Si.
Pour le sociologue nous devons "opérer un véritable changement de paradigme".

Quels réflexes adopter ?

Pour Michel Maxime Egger, la transition doit se faire par de petits gestes quotidiens mais également avec notre "écologie intérieure", par le biais "d'une réorientation de notre puissance de désir et un travail sur nos peurs en particulier la peur du manque.
 Pour sortir de la surconsommation, il propose plus concrètement "l'interdiction de la publicité" et "l'interdiction de l'obsolescence programmée" mais également de "promouvoir des formes d'économies où on va partager les biens et les savoirs plutôt que de les accaparer et de les consommer".
L'écothéologien nous invite chacun "à prendre du recul sur nos achats" pour commencer petit à petit à "inventer ce monde de demain, plus durable et plus respectueux des limites de la Terre."

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don