Accueil
"Sois le berger de mes agneaux, sois le berger de mes brebis" (Jn 21, 15-19)
Partager

"Sois le berger de mes agneaux, sois le berger de mes brebis" (Jn 21, 15-19)

RCF,  -  Modifié le 29 juin 2021
Prière du matin "Sois le berger de mes agneaux, sois le berger de mes brebis" (Jn 21, 15-19)
"Sois le berger de mes agneaux, sois le berger de mes brebis" Méditation de l'évangile (Jn 21, 15-19) par le pasteur Jean Pierre STERNBERGER Chant final: "Jésus, ma joie" par la communauté de TAIZé
David-Zawila-UNSPLASH David-Zawila-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe,
demandait à ses disciples :
« Au dire des gens,
qui est le Fils de l’homme ? »
Ils répondirent :
« Pour les uns, Jean le Baptiste ;
pour d’autres, Élie ;
pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. »
Jésus leur demanda :
« Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je? »
Alors Simon-Pierre prit la parole et dit :
« Tu es le Christ,
le Fils du Dieu vivant ! »
Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit :
« Heureux es-tu, Simon fils de Yonas :
ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela,
mais mon Père qui est aux cieux.
Et moi, je te le déclare :
Tu es Pierre,
et sur cette pierre je bâtirai mon Église ;
et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.
Je te donnerai les clés du royaume des Cieux :
tout ce que tu auras lié sur la terre
sera lié dans les cieux,
et tout ce que tu auras délié sur la terre
sera délié dans les cieux. »
  
Source : AELF

Méditation Pasteur J.P. Sternberger

     " le Fils de l'humain n'a pas où reposer sa tête."

     En hébreu, ou en araméen, la langue de Jésus, “fils de l'humain” est une expression qui signifie simplement “être humain”. À la différence des autres animaux, l'être humain, semble dire Jésus, n'est pas conditionné par un instinct qui l'obligerait à se creuser un terrier, à se construire un nid. Il peut vivre en nomade, changer chaque jour de patrie, ne pas poser deux soir de suite sa tête sur le même oreiller. Encore faut-il qu'on lui prête un oreiller, qu'on lui ouvre un espace pour lui, sa famille, les siens…

     L'être humain peut vivre en nomade. C'est une liberté, non une malédiction. Une liberté mal comprise dans nos sociétés citadines où la place est comptée et où chacun doit rester à la-sienne. J'ai dit nomade, on dit aussi "voyageur, gitan, tzigane, rom“. Comment le fils de l'humain aurait-il été reçu chez nous ? Comment recevons-nous les humains en voyage ?

     "Les renards ont des tanières, les oiseaux du ciel ont des nids…" Beaucoup d'entre nous en cet été qui commence vont quitter nid et tanière pour d'autres terres sous d'autres cieux. Car nous aussi rêvons parfois de vivre un peu de cette liberté de l'humain.

     Et toi, Seigneur, comme le scribe de l'histoire, tu nous dis "je te suivrai, partout où tu iras". C'est vrai que partout où nous serons, il y aura des sœurs, des frères, des humains, des nomades à aimer.
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don