Accueil
“Le dialogue agricole ne doit pas être l’apanage de quelques syndicats” selon une éleveuse opposée au mouvement
Partager

“Le dialogue agricole ne doit pas être l’apanage de quelques syndicats” selon une éleveuse opposée au mouvement

RCF, le 30 janvier 2024  -  Modifié le 31 janvier 2024
L'Invité de la Matinale "On ne va pas changer en quelques semaines un système qui ne trouve pas de solution depuis 50 ans", revendique Stéphanie Maubé, bergère dans le Cotentin

Les voix dissidentes sont difficilement audibles dans le climat agricole actuel. Alors que les tracteurs multiplient les blocages pour réclamer moins de normes environnementales et plus de soutien de l’État, une éleveuse exprime son opposition au mouvement guidé par la FNSEA. Un témoignage qui met en lumière l’hétérogénéité des points de vue et des revendications syndicales.

Photograph by Maylis ROLLAND / Hans Lucas. Photograph by Maylis ROLLAND / Hans Lucas.

Agriculture basée sur l'herbe 

Agricultrice depuis 15 ans dans le Cotentin, en Normandie, Stéphanie Maubé connaît bien les normes de ce monde. Pour autant, pas question pour elle d’enfourcher son tracteur pour converger vers Paris afin de porter sa colère et ses revendications. “Mon mode d’exploitation et les choix d’exploitation que j’ai fait sont moins techniques et beaucoup plus basés sur l’herbe” , explique-t-elle. Ce modèle lui permet d’utiliser peu de carburant et la rend donc moins dépendante des prix.

Dans la même veine, elle n’utilise pas de fourrage, de soja ou de maïs importé de l’étranger pour nourrir ses bêtes. “Mes moutons entretiennent un paysage par leur pâturage et ils favorisent une certaine biodiversité” assure Stéphanie Maubé.

“Si on cède à tous aujourd’hui nous serons encore plus dépendant des productions étrangères dans 20 ans car nous aurons tué notre sol

Dans la Manche, ce sont les productions de lait et de légumes qui dominent et elles sont beaucoup plus dépendantes de tous les intrants : le carburant, l’alimentaire ou encore les produits phytosanitaires explique l’éleveuse qui dit comprendre la colère de certains de ses collègues.

Nivellement par le bas

Elle regrette cependant que cette colère provoque un nivellement par le bas en matière environnementale. “La concurrence déloyale est injuste et nos agriculteurs ont raison de la dénoncer, mais c’est inadapté de se tirer vers le bas au motif que l’Italie ou l’Espagne utilisent des produits très polluants” s’agace-t-elle.

“Ma crainte est que tous les progrès visant à ce que l’agriculture soit plus vertueuse et moins polluante ces dernières années soient balayés pour aborder le sujet uniquement sur le prisme économique et de la viabilité agricole” s’émeut l’agricultrice normande. “Si on accède à toutes les requêtes des agriculteurs en allégeant les normes et en les autorisant à être beaucoup plus laxiste, on risque de continuer à rendre nos terres infertiles et nous serons encore plus dépendant des productions étrangères dans 20 ans, car nous aurons tué notre sol.”

Je ne voudrais pas que le dialogue agricole soit l’apanage de quelques syndicats

Un discours qui se rapproche de celui de la Confédération paysanne. Le collectif a beau prendre part à la colère ambiante et se joindre au cortège, ses revendications divergent de celles portées par la toute-puissante coalition FNSEA-JA. Portée sur le respect des normes environnementales et plus protectrices pour notre santé, la Confédération paysanne concentre ses demandes sur la rémunération. Elle souhaite par exemple interdire l’achat de produits à des prix inférieurs que leur coût de production. Un moyen de protéger les petites et moyennes fermes, car l’organisation se bat contre l’industrie agroalimentaire que représente la FNSEA.

France, Ploudaniel, 29 janvier 2024. Photographie du blocage de la route nationale 12 par les agriculteurs en colère et plus d'une centaine de tracteurs. Le monde agricole maintient la pression après les annonces du gouvernement qu'il juge insuffisantes / Photographie de Vincent Feuray / Hans Lucas.

“Je ne voudrais pas que le dialogue agricole soit l’apanage de quelques syndicats” abonde Stéphanie Maubé “La manière dont s'expriment les représentants des syndicats est violente, agressive et affreuse, car ces tracteurs, qui défilent, ressemblent à des chars” ajoute-t-elle. Les colonnes de tracteurs qui défilent sur les autoroutes ne doivent donc pas éclipser la diversité des modèles agricoles en France. “La communication agricole doit être hétérogène et surtout pas l’apanage de quelques syndicats qui prennent le pas sur tous les autres” conclut-elle.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don