Accueil
Sécheresse : la Catalogne et les Pyrénées-Orientales sous pression

Sécheresse : la Catalogne et les Pyrénées-Orientales sous pression

Un article rédigé par Jean-Baptiste Labeur - RCF, le 28 avril 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
Le dossier de la rédaction Sécheresse en Catalogne : quand un problème climatique devient politique

L’Espagne est touchée par une canicule précoce depuis plusieurs jours avec un mercure qui a atteint les 40 degrés à Séville. C’est 6 à 10 degré au-dessus des normales. Cet épisode intervient alors que la péninsule ibérique souffre d’un manque de pluie historique en particulier la Catalogne.

L'église de San Roma de Sau, habituellement engloutie dans les eaux du barrage de Sau est réapparue. Crédit photo : Lionel Pedreza/Hans Lucas L'église de San Roma de Sau, habituellement engloutie dans les eaux du barrage de Sau est réapparue. Crédit photo : Lionel Pedreza/Hans Lucas

C’est l’une des régions d’Espagne les plus affectées. En Catalogne, il n’est pas tombé de pluies significatives depuis 32 mois. Faute de précipitations, les réserves ne sont remplies qu’à seulement 26% de leur capacité. L’accès à l’eau potable est désormais en jeu. L’état d’exception a été décrété le 7 mars dernier avec d’importantes restrictions. Localement c’est le dernier niveau avant un possible état d’urgence cet été qui interdirait notamment l’irrigation agricole. Pour les exploitants catalans la situation est déjà très alarmante et l’inquiétude est grande pour les prochains mois.  « Le scénario noir, c’est que toute l’eau disponible soit pour l’industrie et l’eau potable. Si nous n’avons pas d’eau, nous ne plantons pas et nous ne récoltons pas » explique Olivier Chantry, maraîcher bio installé à Sant Boi de Llobregat à proximité de Barcelone. 80 % de son activité commerciale est réalisée entre juillet et septembre et il redoute de devoir déposer le bilan sans aides économiques. 

 

Une telle sècheresse interroge sur l’évolution du climat

 

Les ordres de grandeurs annuels des niveaux de précipitation font plutôt penser à un climat désertique que méditerranéen. "En-dessous de 200 mm de pluie par an, on considère qu’il s’agit d’un climat aride. Du côté de Leucate en France, on a sur un an 120 mm. 200 mm à Perpignan. En comparaison, la moyenne à Aman en Jordanie est à peu près de 200 mm" souligne l’agro-climatologue Serge Zaka pour qui il s’agit d’un avant-goût de ce qui nous attend d’ici 2050 et implique de changer de modèle rapidement.

 

La question de l’eau est devenue très politique en Espagne

 

Depuis trois ans les niveaux moyens des réserves d'eau en Espagne sont en dessous de 50% soit environ 10 points de moins qu’il y a 10 ans. À l’approche des élections régionales du 28 mai c’est un élément de la campagne. "L’eau fait l’objet d’une forme de compétition entre gouvernements locaux voisins. Le cas de l’Ebre le fleuve qui arrose plusieurs régions est emblématique, la Catalogne reprochant par exemple à l’Aragon de prélever trop d’eau", explique Benoît Pellistrandi, historien spécialiste de l’Espagne auteur "des fractures de l’Espagne de 1803 à nos jours". 

 

Côté français dans les Pyrénées-Orientales la situation est très inquiétante également

 

Le préfet Rodrigue Furcy a déclenché ce vendredi le niveau de crise pour une partie du département, du jamais-vu à ce moment de l’année. À la clé, des restrictions plus sévères pour tous les secteurs. À partir du 10 mai ces nouvelles contraintes devraient toutefois s’accompagner d'aménagements de manière à préserver l’économie locale très axées sur le tourisme et l’agriculture. Mais aussi de conserver une marge de manœuvre pour cet été alors que déjà plusieurs communes connaissent des difficultés d’approvisionnement en eau potable et que certains arboriculteurs sacrifient une partie de leur récolte pour sauver leurs arbres.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don