Accueil
Salon de l'agriculture : un modèle d'élevage porcin unique
Partager

Salon de l'agriculture : un modèle d'élevage porcin unique

Un article rédigé par Dominic Hermeulin - RCF Bretagne, le 28 février 2024  -  Modifié le 29 février 2024

Valoriser toutes les filières agricoles, c'est l'objectif du salon de l'agriculture, qui se déroule, en ce moment, à Paris. Pour la coopérative Le Gouessant, c'est aussi l'occasion de parler des conditions d'élevage. C'est ce qu'elle a fait, mardi dernier, en présentant un modèle d'élevage porcin innovant, spécialement conçu pour le bien-être animal.

Le suivi des truies gestantes sur paille ©Le Gouessant Le suivi des truies gestantes sur paille ©Le Gouessant

Imaginé par la coopérative, elle-même, ce concept se rapproche le plus possible du comportement naturel de l'animal. Concrètement, l’élevage est divisé en trois espaces distincts : l’espace couchage, l'espace alimentation et l'espace déjections qui se trouve à l'extérieur car les cochons, sont propres, et vont toujours au même endroit pour satisfaire leurs besoins naturels. Tous les animaux ont accès à une petite cour extérieure.

 

« C’est le cochon qui organise sa vie de tous les jours. Il choisit, où il veut aller et quand il veut y aller. On ne le contraint pas. C’est lui qui décide. »

 

Ainsi, si le cochon veut se reposer, il lui suffit d’ouvrir une petite porte pour aller s’installer dans un espace de couchage sombre. Il peut accéder, quand il veut, à la zone d'alimentation pour manger les aliments qu’on lui fournit.

 

Plus de confort pour l’animal

 

Dès leur naissance, les cochons ont un accès à l’air libre et à la lumière naturelle. Des densités moindres contribuent à leur confort, de même que l’absence de castration chirurgicale et de caudectomie. Les truies gestantes sont logées sur paille pour respecter leur instinct de nidification au moment des mises-bas, effectuées en totale liberté.

Pour créer ces différents espaces, les élevages doivent disposer de plus de place. « Ce n’est pas un bâtiment unique mais une association de plusieurs bâtiments à la suite » précise Thomas Couépel. Une question se pose alors. Ne faut-il pas faire le choix de posséder moins d’animaux pour pouvoir mettre en place ce modèle ? « La ferme pilote (la ferme de Maison neuve), qui a mis en place, la première, ce modèle, a diminué son cheptel de près de 50 truies, poursuit Thomas Couépel, mais il faut quand même garder une cohérence économique entre les charges de l'exploitation, les charges de personnel et la rentabilité de l’élevage. »

Le paillage des nids, en maternité ©Le Gouessant

 

Répondre aux attentes des consommateurs

 

Avec ce modèle unique, la coopérative Le Gouessant a ainsi mis en place un système intermédiaire entre le conventionnel et le bio, ajusté au marché. « Nous restons dans une cohérence économique parce qu’en face de nous, nous avons des consommateurs souhaitant des produits différenciés qui répondent à diverses attentes, notamment le bien-être animal » explique Thomas Couépel.

 

Initié dans le cadre d'une transmission d'exploitation, l’élevage pilote de la Ferme de Maison Neuve a été inauguré, à Plestan, en 2022. Après deux années de fonctionnement, les retours sont positifs : outre le confort de travail confirmé et celui des animaux, les performances techniques sont au rendez-vous. Cet élevage naisseur-engraisseur a commercialisé ses premiers porcs charcutiers localement au groupe Leclerc. Deux autres sites de ce type sont opérationnels dans les Côtes d’Armor. L’objectif est de passer à 20 sites, d’ici 5 ans.

 

 

 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don