Accueil
Saint-Germain Blavozy Handball en quête du graal sur la terre parisienne
Partager

Saint-Germain Blavozy Handball en quête du graal sur la terre parisienne

Un article rédigé par Martin Obadia - RCF Haute-Loire, le 10 juin 2022  -  Modifié le 10 juin 2022

Les joueuses de Saint-Germain Blavozy Handball jouent ce samedi la finale de la Coupe de France régionale à Paris. Elles affrontent les bretonnes d'Hermine-Kernic à Bercy. C'est une première pour le club et un rêve qui se réalise pour les joueuses.

Leïla Bayard et Océane Bergon, 2 des membres de l'équipe du SGBHB © Martin Obadia Leïla Bayard et Océane Bergon, 2 des membres de l'équipe du SGBHB © Martin Obadia

 

Elles en rêvaient, elles y sont ! Les joueuses du Saint-Germain Blavozy Handball jouent ce samedi la finale de la Coupe de France régionale à Paris Bercy. C'est la récompense d'une saison menée tambour battant. L'équipe n'a perdu aucun match et a aussi réussi un de ses challenges espéré depuis des années, monter en Nationale 2. 

Des joueuses qui piaffent d'impatience

 

Au départ, se qualifier pour la finale de la Coupe de France à Bercy n'était pas l'objectif premier. C'était plutôt de l'ordre de l'imagination pour les filles du SGBHB. "C'est le rêve de chacune de jouer dans le Temple du Handball. C'est le Stade de France pour le foot et pour nous, le hand c'est Bercy. C'est un rêve qui se réalise" explique Océane Bergon. Il faut dire que le Palais Omnisport de Paris-Bercy ça a de quoi impressionner. La salle peut accueillir entre 3500 et plus de 16 000 personnes assises. 

 

Pour l'équipe c'est un défi de jouer dans ce lieu et plusieurs sentiments se mêlent à la veille de cette finale. Leïla Bayard, l'avoue "c'est un peu bizarre tout ce qu'on ressent. On est impatientes mais en même temps on réalise pas trop parce qu'on se dit qu'on va aller jouer à Bercy et en même temps on a envie d'y être et pas trop parce que on sait qu'après samedi, ça sera fini. Mais on a envie de jouer". Et pour relâcher la pression, elles en parlent beaucoup entre elles, un moyen aussi pour "se rendre compte" de cette folle aventure.

Un défi sportif et une ambiance bouillante

 

Les filles du SGBHB arrivent à Bercy remontées et avec la rage de vaincre. Elles affrontent les bretonnes d'Hermine Kermic, une division en dessous d'elles. "on ne sait pas vraiment à quoi s'en tenir. Ca sera à celles qui en veulent le plus" affirme Leïla. De toute façon l'objectif des 2 formations reste le même, de "gagner et ramener la coupe". 

 

Et malgré l'envie et le caractère exceptionnel du moment, "on reste concentrées, on reste comme on a fait toute la saison : sérieuses, appliquées parce que c'est une finale et que ça se prépare correctement car c'est un match qui ne se rejouera pas. Ça nous arrivera sûrement qu'une fois dans notre vie" témoigne Leïla.

 

Pour se donner les moyens et faire leur maximum elles pourront compter sur le soutien des leurs. 3 bus vont acheminer ce samedi 240 supporters de Haute-Loire. Pour se mettre dans l'ambiance elles ont déjà regardé des vidéos des années précédentes mais avancent un peu à l'aveugle. Déjà elles sont sûres d'une chose "ça va nous faire drôle, mais ça va être incroyable"

 

 

Un moment qui va marquer la vie du club 

 

Atteindre la finale de la Coupe de France, c'est une première pour le Saint-Germain Blavozy Handball. Pour sa présidente, Mireille Bonnet, "c'est historique. Très peu de clubs de la grande région Aura ont eu la chance de participer à ce type d'événement". 

 

Cette participation à la finale permet aussi de mettre en lumière le territoire, le travail sportif et casser aussi l'image qui peut être parfois accolée à celle des clubs ruraux. "Ça prouve que même sur un territoire rural où il y a des difficultés de recrutement parce que les joueuses vont dans les villes faire leurs études, on arrive à faire de belles choses. Mireille Bonnet le redit, "On est très fiers et très contents"

 

Demain le match contre Hermine-Kernic débute à 14h30.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don