Accueil
Saint-Doulchard : L'aéronautique redécolle, Michelin recrute
Partager

Saint-Doulchard : L'aéronautique redécolle, Michelin recrute

Un article rédigé par Guillaume Martin-Deguéret - RCF en Berry,  -  Modifié le 17 juillet 2023
3 questions à (Berry) Saint-Doulchard : L'aéronautique redécolle, Michelin recrute

L'usine Michelin de Saint-Doulchard recrute. Elle est à la recherche d'une quarantaine d'opérateurs de production, suite au redémarrage brutal du secteur de l'aéronautique. Et nul besoin d'être déjà formé pour postuler.

Les commandes repartent à l'usine Michelin de Saint-Doulchard © RCF - Guillaume Martin-Deguéret. Les commandes repartent à l'usine Michelin de Saint-Doulchard © RCF - Guillaume Martin-Deguéret.

Le transport aérien a beaucoup souffert depuis le début de la crise sanitaire liée à la Covid 19, qu'il a pris de plein fouet :  les avions sont restés cloués au sol pendant plus d'un an. Cependant, depuis quelques mois le secteur de l'aéronautique connaît une forte reprise, qui est arrivée beaucoup plus rapidement que prévu. Conséquence : l'usine Michelin de Saint-Doulchard, spécialisée dans la fabrication et le rechapage de pneus pour les avions civils et militaires, doit suivre le rythme: « Nous devons faire face à une accélération de cette reprise parce que nos clients ont besoin de remplir leurs stocks pour faire face à une activité qui devient brutalement beaucoup plus importante », explique Jacques Glémot, directeur du site. Il ajoute : « Ça se traduit par des hausses de commandes et par une hausse du besoin de production ».

 

Jacques Glémot est le directeur du site Michelin de Saint-Doulchard © RCF - Guillaume Martin-Deguéret.


Les vols commerciaux ne sont pas encore revenus à leur niveau d'avant crise mais la reprise est forte : « Le transport commercial est plutôt autour de 70% par rapport à ce qu'il était en 2019 », détaille Jacques Glémot. Un redémarrage dont bénéficie l'usine de Saint-Doulchard, d'autant qu'elle est spécialisée dans la fabrication des pneus radiaux, des pneus pour les avions modernes, qui volent davantage puisqu'ils consomment moins de carburant : « Pour nous [...] Ça se traduit plutôt par des ventes à hauteur de 85% par rapport à 2019 et donc par une production qui remonte elle aussi brutalement. »

 

Nous ne cherchons pas des personnes ayant déjà une formation initiale, un diplôme, un brevet ou une compétence particulière.


Pour faire face à cette reprise brutale, Michelin a besoin de bras et va recruter une quarantaine d'opérateurs de production, en deux vagues. Une moitié d'ici la fin de l'année, l'autre en début d'année prochaine. Pour postuler, pas besoin de diplôme : « Nous ne cherchons pas des personnes ayant déjà une formation initiale, un diplôme, un brevet ou une compétence particulière. Nous cherchons des gens qui ont une dextérité et une rigueur qui correspond à nos attentes pour le domaine de l'aéronautique, dans lequel la qualité et la sécurité sont poussées à l'extrême. ». Les nouveaux arrivants seront formés sur place : « Nous avons une école de formation qui nous permet d'intégrer des personnes sans formation initiale particulière pour les former nous-mêmes à fabriquer un pneu. ». Les postes à pourvoir sont des CDI à temps complet et en trois-huit.


Et en 2022 ?


Si le secteur de l'aéronautique a le vent en poupe, l'ombre du virus plane toujours. Dans ce contexte sanitaire très fragile, difficile de tirer des plans sur la comète. Toutefois, Jacques Glémot est assez confiant sur les perspectives économiques de son usine pour l'année prochaine : « Pour 2022, on a aujourd'hui la prévision de fabriquer plus de pneus qu'en 2019. ». Reste à savoir si le virus le permettra.


Pour postuler rendez-vous sur le site recrutement.michelin.fr.


 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don