RN 88 : le projet de déviation du Pertuis et de Saint-Hostien continue, le projet crispe toujours les associations environnementales

Cédric Bonnefoy - RCF Haute-Loire, le 26/11/2021 à 13:14
 -  Modifié le 29/11/2021 à 09:02
Le Pertuis

Dans le prolongement des travaux engagés à Yssingeaux, la Région Auvergne-Rhône-Alpes a fait de la déviation du Pertuis et de Saint-Hostien une priorité. Plusieurs mois après leur lancement, les travaux continuent. Les associations environnementales opposées au projet espèrent toujours le faire annuler. L'acquisition foncière est au centre des débats. 

Chaque jour, 14.000 véhicules passent par Saint-Hostien. ©Cédric Bonnefoy
Chaque jour, 14.000 véhicules passent par Saint-Hostien. ©Cédric Bonnefoy

Plus de 10 kilomètres de route pour dévier les deux villages. Le projet est colossal. Il est porté par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et son président Laurent Wauquiez. Depuis le début, il crispe les associations environnementales qui dénoncent un projet hors du temps et trop coûteux pour l'environnement. Deux recours devant les tribunaux ont d'ailleurs été déposés. Pour faire annuler le projet, les associations avancent le fait que la Région n'a pas la maîtrise foncière de l'ensemble du projet. 

 

En effet, certains propriétaires possèdent toujours des terrains. C'est le cas de Françoise. Elle possède une parcelle "peu après le cimetière de Saint-Hostien". Plusieurs fois, elle a été démarchée pour racheter son terrain. Françoise a toujours refusé. Pour deux raisons : la première, un agriculteur exploite sa parcelle. Et elle s'oppose à ce projet qu'elle qualifie "d'aberration écologique". 

 

 

La Région confiante 

 

Contactée, la Région confirme ne pas avoir la maîtrise foncière sur l'ensemble du projet. Caroline Di Vincenzo, conseillère régionale explique que c'est tout à fait normal. "Les négociations continuent et se passent bien" affirme celle qui est aussi maire de la Chapelle d'Aurec. En fait, la Région possède tous les terrains du tracé de la future déviation mais pas encore la totalité de l'emprise. C'est-à-dire, les terrains en bordure du projet nécessaires pour réaliser des ouvrages d'art. 

 

C'est le cas de celui de Françoise. Il est situé "juste à côté" de la future déviation. Néanmoins, contrairement aux arguments avancés par les associations écologistes, le projet a très peu de chance d'être arrêté. Caroline Di Vincenzo est, à titre personnel, "très sereine sur l'avancée du projet". Si au terme des négociations la Région n'a toujours pas toute l'emprise nécessaire, des adaptations seront faites. 

 

 

Les travaux avancent 

 

Si les pelleteuses ne sont pas encore de sortie, Caroline Di Vincenzo fait le point sur les travaux. Invitée ce matin sur notre antenne, elle affirme que le chantier avance. Des dégagements au niveau de l'emprise ont déjà été réalisés dans "le respect de l'environnement". Les travaux entrent désormais dans une phase d'étude. 

 

Depuis début novembre, des diagnostics demandés par la DRAC (direction régionale des affaires culturelles) sont en cours. La prochaine étape importante du chantier sera "sûrement au mois de mai" avec la "déviation d'une conduite de gaz" dans le village de Saint-Hostien. D'ici là, les associations environnementales espèrent avoir des retours de la justice. Ce projet n'a donc pas fini de cliver le débat entre les "pros" et les "antis" déviation. 

Cet article vous a plu ?