Accueil
Retour aux sources pour les filatures Safilin à Béthune
Partager

Retour aux sources pour les filatures Safilin à Béthune

Un article rédigé par Martin Pinguet - RCF Hauts de France, le 18 mai 2022  -  Modifié le 19 mai 2022

Une nouvelle filature de lin ouvre ses portes à Béthune. Un retour historique dans les Hauts-de-France, 20 ans après le départ de Safilin pour la Pologne.

Olivier Guillaume, Président de Safilin Olivier Guillaume, Président de Safilin

En 2005 les dernières bobines de lin sortaient de la filature de Safilin à Sailly sur la Lys. Depuis, l’entreprise fondée en 1778 produisait ses fils en Pologne où elle compte deux filatures. “L’engouement grandissant autour du consommer local et le retour en grâce du lin nous a convaincus que revenir en France avait du sens” explique Olivier Guillaume, président de Safilin.

 

Le choix s’est vite porté sur un ancien entrepôt de 6000m2 à Béthune. Un emplacement de choix puisque la France est le premier producteur de lin et 33% de la production nationale est réalisée dans les Hauts-de-France. “La filature c’était le chaînon manquant de l’industrie du lin dans la région” ajoute Olivier Guillaume. Safilin achète son lin directement chez les agriculteurs puis travaille en étroite collaboration avec les peignages Dumortier à Tourcoing et avec la teinturerie Decoster-Caulliez à La Gorgue. 

 

Les fibres de lin arrivent en gros rouleau qu'il faut dégrossir et étirer pour former le fil

 

Un métier disparu

 

Après 14 mois de préparation et un investissement de 5 millions d’euros, les premières bobines de fil de lin sont sorties en avril. Pour arriver à cela, il a fallu rapatrier une trentaine de machines depuis la Pologne. Autre défi : embaucher une trentaine de personnes mais surtout les former à un métier qui a disparu dans la région.

 

Les 35 machines de l'usine de Béthune ont été transportées en pièces détachées depuis la Pologne

 

“Heureusement nous avons pu compter sur le savoir faire de nos employés polonais”, se rassure Olivier Guillaume. Ce sont eux qui ont enseigné les rouages du métier aux salariés français. “Je suis allé passer un mois dans les filatures polonaises”, témoigne Jonathan Petit, directeur de l’usine de Béthune. Ensuite ce sont les Polonais qui sont arrivés en France en même temps que les machines. “Les techniciens polonais ont pu former sur le tas mes techniciens français. Et ensuite les fileuses polonaises sont arrivées pour former nos fileurs français au maniement des machines", explique-t-il.

 

Un marché prometteur

 

Le fil de lin produit par Safilin est plus cher que celui des concurrents chinois de l’entreprise. “Sur un produit fini comme une chemise cela ne représente que 2 euros”, rassure Olivier Guillaume. Pour l’instant 90% de la production de Safilin est à destination du textile, mode et ameublement. Mais la fibre de lin attire aussi des entreprises plus techniques. “La fibre de lin a une très bonne résistance et absorbe les vibrations ce qui intéresse l’industrie aéronautique par exemple”, se réjouit Olivier Guillaume.

 

Pour l'instant 3 métiers à filer ont été installés. Il doit y en avoir 12 d'ici 2024.

 

Avec une trentaine de salariés, le site de Béthune produit pour l’instant une centaine de tonnes de fil. L’objectif est de grimper à 400 tonnes d’ici 2024 pour un chiffre d'affaires de 5 millions d’euros. Une production qui vient s'ajouter aux 4 000 tonnes déjà produites tous les ans en Pologne.
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don