Accueil
Restriction sanitaire : quel avenir pour les bars et salles de concerts ?
Partager

Restriction sanitaire : quel avenir pour les bars et salles de concerts ?

Un article rédigé par Rédaction RCF Anjou - RCF Anjou, le 7 janvier 2022  -  Modifié le 7 janvier 2022
Journal 8h Bars et salles de spectacles face au Covid & Angers-Bamako, jumelage relancé ?

C’est un nouveau coup dur pour les bars et les salles de concert. Depuis lundi, il est interdit de consommer debout dans les bars et le public des concerts n’a plus le droit d’être debout. Des nouvelles mesures prise pour le début d'année 2022 par le gouvernement afin de lutter contre la propagation de l'épidémie de Covid-19. Reportage à Angers.

Mélanie Alaitru, codirectrice du Chabada, a décidé de reporter les concerts des 15 et 20 janvier. Il n'y avait pas assez de places assises dans la salle pour les 820 spectateurs. ©RCF Anjou Mélanie Alaitru, codirectrice du Chabada, a décidé de reporter les concerts des 15 et 20 janvier. Il n'y avait pas assez de places assises dans la salle pour les 820 spectateurs. ©RCF Anjou

Ces nouvelles règles, David Hardouin, qui tient le bar « Le Garage » boulevard Foch à Angers, va devoir les appliquer au moins jusqu’au 23 janvier, et il craint que le fait de devoir rester assis dissuade les clients de venir au bar.

« L’important quand on va dans un bar c’est la convivialité, c’est de pouvoir se déplacer, discuter avec quelqu’un, venir au comptoir pour parler avec le barman.  Quand on a une consommation assise, on perd complètement cette convivialité » assure le patron.

 

« C’est toute une économie qui est remise en cause »

 

« Le Garage » accueille deux concerts par semaine, des concerts à prix libre. Avec ces nouvelles règles, il a fait une croix dessus.

« Si on fait un concert assis, avec une jauge réduite, on pourra mettre entre 30 et 40 personnes maximum, affirme David Hardouin, pour que l’on rentre simplement dans nos frais, il faudrait que l’on vende des places à 45€ ! »

Ce n’est pas uniquement le problème de cette réduction des places qui fait grogner le patron de bar. Selon lui, avec la nouvelle réglementation, la consommation d'alcool ne sera pas la même non plus.

« Quand les gens sont assis, avec un masque, au lieu de consommer un, deux ou trois verres, ils vont en prendre un seul et rentrer chez eux. ». Le calcul est vite fait…

 

David Hardouin, le patron du bar Le Garage à Angers, a annulé tous les concerts. "Avec 40 spectateurs assis, on aurait dû faire payer 45 euros la place pour être à l'équilibre", explique-t-il. ©RCF Anjou

 

Une sélection dans les salles de spectacles ?

 

Au Chabada, les deux concerts prévus d’ici le 23 janvier ont été annulés.

« Tout simplement parce qu’on n’a pas la place pour le faire » explique Mélanie Alaitru, codirectrice de la salle de concerts d’Angers.

L’un d’entre eux concernait le groupe de rock « La Femme » avec une date complète de 820 personnes. Un nombre inatteignable avec les restrictions gouvernementales

 « La grande salle, si on la passe en place assise, c’est 250 maximum, calcule Mélanie Alaitru. Au-delà du fait qu’en terme d’expérience on est pas du tout sur la même chose, dans tous les cas, on a pas la capacité d’accueillir le public dans sa globalité donc on ne va pas sélectionner les gens ! »

Le Chabada compte reporter ces deux concerts, mais ce n’est pas évident de trouver des dates, car avec les reports des deux dernières années, le calendrier de la salle est déjà bien rempli.

Quant à l’interdiction de consommer debout, le Chabada l’avait déjà instauré depuis un mois dans la salle, pour être sûr que les spectateurs gardent le masque pendant le concert.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don