Accueil
Dans les premiers pas des repreneurs de la dernière ferme de Lyon
Partager

Dans les premiers pas des repreneurs de la dernière ferme de Lyon

Un article rédigé par Charlotte Mongibeaux, Théophile Eliot - RCF Lyon, le 26 février 2024  -  Modifié le 29 février 2024
Tempo · Le podcast d'actualité de RCF Lyon Les premiers pas de la reprise de la dernière ferme de Lyon

La dernière ferme de Lyon vient d'être reprise en janvier par un trio de jeunes agriculteurs. Située dans le quartier de Saint-Rambert, entre le 9e arrondissement et la commune de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or, elle a failli fermer ses portes quand le dernier agriculteur de Lyon a annoncé son départ à la retraite. Après un sauvetage in extremis, reportage dans les pas des nouveaux repreneurs.

Vente en direct à ferme de Lyon - © Théophile Eliot pour RCF Lyon Vente en direct à ferme de Lyon - © Théophile Eliot pour RCF Lyon

À deux pas de grandes nationales bruyantes se trouve un petit hameau où l’odeur des grandes métropoles laisse place à celle de la terre. Pour y accéder, il faut suivre un chemin calme, jusqu’à arriver face à une grande bâtisse de la fin 19e siècle.

Derrière la grande porte en bois bleu, une série d'étals de fruits et légumes accueillent les clients venus pour la vente en direct à la ferme. « On a des choux de Bruxelles et des choux frisés. C’est tout ce qui nous reste de la ferme, on repart vraiment à neuf », égraine Simon Pascault, jeune ingénieur agronome de 27 ans qui fait partie du trio de repreneurs. Les autres étals, de brocolis ou encore de pommes de terre, sont issus de producteurs locaux. Le temps de remettre la ferme en marche. « D'ici mai-juin » tout sera rempli de produits de la ferme de Lyon.

Simon Pascault, l'un des repreneurs de la ferme de Lyon - © RCF Lyon (Théophile Eliot)
Simon Pascault, l'un des repreneurs de la ferme de Lyon - © RCF Lyon (Théophile Eliot)

Une ferme en transition

De l'autre côté du magasin s'ouvre la petite cour intérieure de l'ancien corps de ferme. Quelques hectares de terrain puis des immeubles modernes d'habitation qui nous rappellent que Lyon n'est jamais loin. Un voyage dans le temps, « une fracture temporelle » qu'apprécie particulièrement Simon Pascault. La bâtisse, tout comme les premiers pas de la ferme de Lyon remontent à la fin du 19e siècle.

En 1896, la famille Perraud s'installe dans cet écrin de verdure, qui compte encore une quinzaine d'hectares de terre. Trois générations vont s'y succéder et s'essayer au maraichage, y élever vaches et poules. L'an dernier, quand Louis-Pierre Perraud décide de prendre sa retraite, c'est le dernier témoignage de l'histoire agricole de Lyon qui menace de s'effacer.

Cour intérieur de la ferme de Lyon - © RCF Lyon (Théophile Eliot)
Cour intérieur de la ferme de Lyon - © RCF Lyon (Théophile Eliot)

Après plusieurs appels à l'aide, notamment dans les médias, et à l'heure où les fermes disparaissent tout à tour, c'est finalement in extremis qu'une coopérative est lancée pour reprendre la ferme. Aux côtés de Cécile Reymond et Nicolas Gauthier, Simon Pascault a donc quitté sa vie d'ingénieur agronome pour endosser celle de paysan.

Et si le projet a pu voir le jour, c'est en partie grâce au soutien de la métropole de Lyon, des communes de Lyon et de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or. Elles ont toutes les trois investi 150 000 euros dans la jeune coopérative pour lui donner un coup de pouce et une crédibilité auprès des bailleurs. La métropole de Lyon, qui participe à elle seule à hauteur de 100 000 euros - une implication inédite pour une collectivité dans une coopérative agricole - espère faire des émules pour sauver d'autres fermes et en faire aussi une vitrine de la transition agricole.

Un élevage porcin « ce n'est pas quelque chose qui pue »

Une nouvelle page s'ouvre pour la ferme de Lyon. Les trois repreneurs ont des projets plein la tête. D’ici quinze jours, ils vont accueillir un élevage porcin en plein air pour diversifier les activités et les revenus. « Il y aussi le caractère pédagogique, montrer aux gens qu’un élevage porcin ce n'est pas forcément un bâtiment, ce n'est pas forcément quelque chose qui pue ou qui fait du bruit, donc c’est montrer qu’on peut faire quelque chose de super bien avec un animal qui n’est pas forcément bien vu aujourd’hui » commente Simon Pascault. Ils ont aussi pour projet de replanter de la vigne au Mont Thou.

Une première cuvée à gouter d'ici cinq ans.

Le magasin de la ferme de Lyon - © RCF Lyon (Théophile Eliot)
Le magasin de la ferme de Lyon - © RCF Lyon (Théophile Eliot)

Un engouement global

Quand les portes de la ferme de Lyon s'ouvrent, deux fois par semaine pour la vente en directe, les anciens habitués sont tout sourire et de retour. « La reprise de la ferme, c’est une très bonne nouvelle, parce que pendant des années, on a craint que la ferme disparaisse » confirment Dominique et Michelle, deux habitants de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or. Ils viennent à pied à la ferme depuis plus de quinze ans, parfois avec leurs petits-enfants, et espèrent bien recroiser l'ancien agriculteur Louis-Pierre Perraud. 


Vente en direct à la ferme de Lyon, 32 Rue des Docteurs Cordier, 69009 Lyon, le lundi et le jeudi à partir de 17h

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Tempo · Le podcast d'actualité de RCF Lyon
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Tempo · Le podcast d'actualité de RCF Lyon

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don