Accueil
« Réformer le système des parrainages pour plus d'équité », Nathalie Porte
Partager

« Réformer le système des parrainages pour plus d'équité », Nathalie Porte

Un article rédigé par Aubert Guinamard - RCF Calvados-Manche, le 1 mars 2022  -  Modifié le 1 mars 2022

Les noms des candidats qui peuvent officiellement se présenter à l’élection présidentielle seront connus le 4 mars. Le Conseil constitutionnel valide leurs 500 parrainages. Un système qui fait polémique et que souhaite réformer la députée Nathalie Porte, élue de la 3ème circonscription du Calvados. 

Aubert Guinamard Aubert Guinamard

La campagne présidentielle de 2022 est au cœur des controverses. Deux noms de candidats crédités de 16 % (Marine Le Pen) et 14% (Eric Zemmour) pourraient ne pas apparaître sur les bulletins de vote, le 10 avril, lors du 1er tour de l’élection présidentielle. S'ils ne parviennent pas à rassembler les 500 parrainages exigés par la loi, le Conseil constitutionnel ne pourra pas les reconnaître officiellement

 

La polémique est aussi alimentée par la candidature non déclarée d’Emmanuel Macron. Alors que le président de la République ne s’est pas encore affiché comme candidat à un second mandat, il a déjà récolté plus de 1345 parrainages. 

 

« Aucun contrôle n’est fait par le Conseil constitutionnel avant le début de la course aux parrainages », déplore Nathalie Porte. La députée Les Républicains du Calvados estime que c’est ce flou en début de campagne qui est la raison de l’actuelle polémique. Elle propose de « rendre obligatoire l’inscription du candidat auprès du Conseil constitutionnel en amont ». Un système qui permettrait la « publicité » des prétendants à l'Elysée, en évitant que ne se reproduise la situation de la non-candidature d’En Marche. « Cela permettra que tout le monde débute sur la même ligne de départ », précise-t-elle. 

 

 

Les parrainages posent problème, le paysage politique s’est transformé

 

Le système des 500 parrainages a été institué en 1981, pourtant il n’a jamais été autant controversé que lors de cette campagne de 2022. 

 

Tout d'abord, « les élus sont très réticents depuis que leurs parrainages sont rendus public », souligne Nathalie Porte. En effet, depuis l’élection présidentielle de 2017, les noms des maires, sénateurs et députés qui valident la candidature d’un prétendant à l’Elysée sont publiés. « Certains craignent les conséquences que cela peut entraîner », reconnaît l’élue normande. Sa famille politique a été directement confrontée à cette situation avec le parrainage de Romain Bail (maire de Ouistreham, ex LR) à Eric Zemmour. Décision sans adhésion à ses idées mais qui lui semblait importante « pour que la démocratie s'exprime pleinement » et que tous soient représentés. Un choix que Nathalie Porte, elle-même, refuse de commenter. 

 

Ensuite, les difficultés que rencontrent Jean-Luc Mélenchon, Eric Zemmour et Marine Le Pen à récolter les 500 parrainages sont liées aux divisions dans leurs camps politiques respectifs. Les trois candidats manquent de réseaux d’élus locaux. « À l'extrême gauche, explique Nathalie Porte, les communistes soutenaient  en 2017 la candidature de Mélenchon, désormais ils se sont tournés vers Fabien Roussel ». Le morcellement de l’offre politique vaut aussi pour l'extrême droite. « Marine Le Pen était avant seule, maintenant elle partage le terrain avec Eric Zemmour ». 

 


Cependant, le projet de loi pour la transformation du rôle du Conseil constitutionnel n’aura « aucun effet pour l'élection de 2022 », reconnaît Nathalie Porte. Mais elle souhaite  ouvrir le débat pour engager une réflexion de fond sur le système des parrainages lors des prochains scrutins.  

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don