Accueil
Recrudescence des cas de rougeole en Maine-et-Loire
Partager

Recrudescence des cas de rougeole en Maine-et-Loire

Un article rédigé par Elisa Brinai avec Marion Bastit - RCF Anjou,  -  Modifié le 20 février 2018
Sept cas ont été recensés depuis début janvier en Anjou, alors qu’il n’y avait eu aucun malade l’année dernière. L’épidémie de rougeole en France n’épargne pas notre département.

Sept malades en moins de deux mois

En 2017, il n’y avait pas eu un seul cas de rougeole dans tout le Maine-et-Loire et les autorités sanitaires avaient recensé six malades dans la région. Cette année, depuis le début du mois de janvier, 13 cas de rougeole ont été confirmés par l’Agence régionale de santé des Pays de la Loire, dont sept sur le seul territoire angevin.

Même si nous sommes bien moins touchés que la région voisine de la Nouvelle-Aquitaine (269 cas depuis novembre 2017), le nombre de malade est préoccupant et demande la plus grande vigilance. La maladie peut entraîner des complications. La semaine dernière, une femme de 32 ans est décédée après avoir contracté la rougeole à l’hôpital de Poitiers. Près de 20 % des malades en France ont dû être hospitalisés.
 

Pourquoi l’épidémie de rougeole est revenue en France ?

Depuis 2008, la rougeole revient en force dans notre pays. Plus de 24 000 cas ont été recensés en neuf ans. Pour le docteur Pierre Abgueguen, chef du service des maladies infectieuses au CHU d’Angers, cela tient à un problème : beaucoup de Français ne sont pas immunisés contre la maladie. « On considère aujourd’hui la couverture vaccinale aux alentours de 80 %. Il faut qu’une population soit couverte à hauteur de 90 à 95 % pour pouvoir faire disparaître la rougeole », explique le médecin.
 

Deux doses de vaccins nécessaires

Si le vaccin contre la rougeole est recommandé pour les bébés depuis 1983, il n’est obligatoire que depuis le 1er janvier 2018. Ce vaccin se fait en deux doses. La première est administrée au bébé lorsqu’il a 12 mois et la seconde avant ses 24 mois. Le problème est que cette seconde injection a souvent été oubliée. « Pendant longtemps, on a pensé qu’une seule dose du vaccin suffisait pour être protégé. Or on s’est aperçu que des gens qui n’avaient reçu qu’une dose pouvaient tomber malades. Les deux doses de vaccins ont été proposés tardivement», détaille le docteur Abgueguen.

Agnès Buzyn, la ministre de la Santé a recommandé aux adultes et enfants non vaccinés de faire des rattrapages. Toute personne née après 1980 peut demander à son médecin traitant une deuxième injection. « Avant 1980, il n’y avait pas encore de vaccination. L’épidémie était très forte et on considère que 95 % de la population a eu la rougeole et est donc immunisée naturellement», précise le spécialiste angevin des maladies infectieuses. Si le taux de couverture vaccinale augmente suffisamment,  la rougeole pourrait disparaître d’ici dix ans.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don