Accueil
Rapport de la CIASE : alimenter le Synode sur la synodalité
Partager

Rapport de la CIASE : alimenter le Synode sur la synodalité

Un article rédigé par Pauline Noack - RCF Calvados-Manche,  -  Modifié le 13 octobre 2021
L'invité du soir Le père Philippe Poirson éclaire pour nous les recommandations de la CIASE

Pour le Père Philippe Poirson, prêtre ainé du diocèse de Rouen et ancien accompagnateur de séminaristes, les recommandations du Rapport Sauvé sont à travailler en priorité, avec tous les chrétiens, lors des assemblées synodales qui s’ouvrent.

Père Philippe Poirson © RCF 2021 Père Philippe Poirson © RCF 2021

Encore sous le choc des annonces du Rapport de la CIASE (Commission Indépendante sur les Abus Sexuels dans l’Eglise catholique), le peuple de Dieu est appelé à construire l’avenir de notre Eglise. Chacun a le devoir de s’interroger sur les conditions d'une reconstruction, vers une Eglise vraiment sainte qui éradiquera définitivement les pratiques destructrices et mortifères. Le Synode de l'Eglise universelle sur la synodalité en est une formidable opportunité.

Comment réformer l’Eglise catholique ?

C’est un problème systémique de l’Eglise qui est diagnostiqué par Jean-Marc Sauvé dans l’introduction du rapport. Une réforme en profondeur est donc appelée par les conclusions de la Commission de la CIASE, réforme qu’elle propose de mener à partir de 45 recommandations très concrètes. Ces recommandations couvrent un très large spectre allant de l’accueil et l’écoute des victimes à la réforme du droit canonique ; de la reconnaissance des infractions commises, qu’elles soient ou non prescrites, dans une démarche de vérité à l’indispensable réparation du mal fait. La commission propose des mesures sur les questions de théologie, d’ecclésiologie et de morale sexuelle parce que, dans ces domaines, certaines interprétations ou dénaturations ont, selon elle, favorisé abus et dérives.

A propos de l’emprise spirituelle qui a participé à de nombreux abus, emprise largement dénoncée par Véronique Margron, présidente de la Conférence des religieux et religieuses de France, le Père Philippe Poirson, ancien exorciste du diocèse de Rouen, n’hésite pas à utiliser des mots forts : « Pour moi c’est diabolique, c’est-à-dire qu’il y a quelque chose de l’œuvre du malin, de satan, derrière ça ! ».

Il en est une qui fait échos à la déclaration du pape à propos des actes des pédocriminels perpétrés par des membres de l’Eglise catholique qui ont « semé la mort dans la vie ». La recommandation n°37 propose en effet, pour qualifier les violences sexuelles commises sur des mineurs et personnes vulnérables, de se référer maintenant au cinquième commandement (« Tu ne tueras pas ») au lieu du sixième commandement (« Tu ne commettras pas d’adultère »). Et ça change tout !

Une autre recommandation qui bouscule, la n°4, propose « d’évaluer, pour l’Église en France, les perspectives ouvertes par l’ensemble des réflexions du Synode d’Amazonie, en particulier la demande que « ad experimentum, […] soient ordonnés prêtres des hommes mariés qui remplissent les conditions que Saint Paul demande aux pasteurs dans la Première Lettre à Timothée »

Le secret de la confession est précieux

Suite à la prise de parole sans nuance de Mgr de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et président de la conférence des évêques de France, qui a déclaré mercredi 6 octobre 2021, au lendemain de la publication du Rapport Sauvé, que le secret de la confession était « plus fort que les lois de la République », le Père Philippe Poirson évoque quant à lui la possibilité d’y réfléchir en Eglise, entre clercs et laïcs, pour certains cas de figure comme un crime perpétré sur un enfant. Mais il se méfie de la levée pure et simple de ce secret qui serait un signal très dangereux, privant celui qui a besoin d’implorer le pardon de Dieu d’un lieu d’écoute très précieux.

Vers la fin d’une Eglise pyramidale ?

Le Père Philippe Poirson rappelle enfin qu’il y a 60 ans le Concile Vatican II a souhaité promouvoir une Eglise plus synodale et moins pyramidale, où le pape ne serait pas « le général en chef, et les laïcs les 2ème classe qui n’ont rien à dire…». Le Synode de l’Eglise universelle sur la synodalité, ouvert cette semaine, est une formidable occasion de donner la parole à tous les chrétiens, pour construire ensemble l’Eglise du 3ème millénaire, au service de l’annonce de la Bonne nouvelle de Jésus Christ.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don