Partager

Quelle cohérence pour l’écologie ?

Un article rédigé par Jeanne d'Anglejan, Melchior Gormand - RCF, le 7 octobre 2022  -  Modifié le 7 octobre 2022
Le Press Club de RCF : l'actu hebdo décryptée Écologie : entre aberrations et enjeux fondamentaux
Partager

Chaque vendredi, le PressClub revient sur les sujets qui ont fait l’actualité dans la semaine. Une heure d’échanges avec des journalistes, invités pour décrypter l’actualité. Ce vendredi 7 octobre 2022, c’est Séverin Husson, rédacteur en chef à La Croix et Sophie de Ravinel, grand reporter au service politique du Figaro, qui étaient à l’antenne pour débattre autour de cette question : comment interpréter les recommandations du gouvernement sur la sobriété énergétique à la veille de la Coupe du monde du Qatar ? 

© Robin Higgins de Pixabay © Robin Higgins de Pixabay

Des propositions "cocasses"

 

Le plan de sobriété énergétique, présenté le jeudi 6 octobre 2022 par le gouvernement, a de quoi questionner. Avec 15 mesures phares, l'objectif est de réduire la consommation de 10% dès maintenant afin d'éviter les possibles coupures d'électricité cet hiver. L'effort doit être collectif. Mais à la vue des prochains événements sportifs organisés au Qatar ou en Arabie Saoudite, le manque de cohérence est indéniable.

 

À l'échelle française, quelques propositions émergent, parmi lesquelles la baisse du chauffage à 19 degrés ou la préconisation du covoiturage. Pour Séverin Husson, "ces mesures de bon sens sont insuffisantes". Le plan du gouvernement est une première pierre à l’édifice, mais "la marche à franchir est beaucoup plus haute". D’autant que les mesures ne sont qu’incitatives, le gouvernement ne voulant pas brutaliser les français. À cela s’ajoutent des propositions plus intrusives dans la vie privée. Séverin Husson regrette cette "infantilisation dont font preuve les politiques à l’égard des français". Pour le rédacteur en chef de La Croix, il aurait fallu faire preuve de plus de fermeté malgré les "crispations" dont le gouvernement a conscience.

 

Le mouvement de bascule doit être enclenché au plus vite : "nous n’avons pas le choix si l’on veut baisser de 40% notre consommation d’énergie d’ici à 2050", ajoute le journaliste. La politique du petit geste est notable, mais ce sont les États et les grandes entreprises qui doivent s’y mettre plus sérieusement. Il faut dire qu’au regard de l'annonce des Jeux Olympiques asiatiques d’hiver 2029 en Arabie Saoudite, le paradoxe est notable. En plus, le gouvernement annonce son plan conjointement à une pénurie d’essence dans certaines régions. Ces incohérences "risquent de polariser une société pas vraiment prête à la sobriété", souligne Sophie de Ravinel. Séverin Husson a remarqué que le site de Neom prévoit, d’ici à 2029, d’édifier une ville "250 fois plus vaste que Paris". Le tout sur un terrain aujourd’hui désertique. Le choix de l’Arabie Saoudite est "est un crachat au visage de ceux qui souffrent du réchauffement climatique", conclut le rédacteur en chef. 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don