Accueil
Promesse Factory : cinquante femmes du bassin annécien sur la scène du théâtre Bonlieu
Partager

Promesse Factory : cinquante femmes du bassin annécien sur la scène du théâtre Bonlieu

Un article rédigé par Victor Vasseur - RCF Haute-Savoie,  -  Modifié le 3 mai 2017
C’est une soirée unique à Annecy. Depuis deux ans, ces femmes, de nationalités différentes, travaillent avec le metteur en scène Moïse Touré. Le reportage multimédia de Victor Vasseur.
2017 RCF Haute-Savoie 2017 RCF Haute-Savoie

Unique, car le mercredi 3 mai, c’est la seule représentation. Ces femmes viennent du quartier de Novel et des Teppes, de Seynod ou de Cran-Gevrier. Elles s’appellent Dee, Kelly, Isabelle, Anne-Marie ou encore Ayami. 

Elles ont entre 18 et 80 ans. Pour certaines, le théâtre, c’est une première.
 

Sur les planches, 22 nationalités. Ce projet mêle la danse, le théâtre et le chant.

Ecouter le reportage diffusé dans le journal local de ce mercredi 3 mai :

Boko Haram comme élement déclecheur.

Le point de départ, c’est l’enlèvement des 237 jeunes filles dans le Nord du Nigeria par Boko Haram, en avril 2014.

Pour Moïse Touré, ce fut un choc : "Je devais réfléchir pourquoi c’était 237 femmes et pas des hommes.


 
Il compare ce projet à un "laboratoire de recherche". Il souhaitait dès le départ faire le lien entre une population et le théâtre.

"Le théâtre a comme vocation de dialoguer avec son territoire. C’est l’une des fonctions principales. C’est un lieu de refuge, un lieu d’accueil et d’hospitalité."

"Pas de frontières ni de couleurs de peau"

Assis sur une chaise, dans les coulisses, Ada attend son tour. Cette annécienne apparaitra déguisée sur scène à la fin de la pièce.

"Etre sur scène me donne des frissons. Je n’ai jamais suivi de cours, je ne viens pas de ce monde-là. On a fait de belles rencontres, des rencontres qui m’ont marqué à jamais. Ici, au théâtre, il n’y a pas de frontières, ni de couleurs de peau. On est une force. On est femmes !"

Souriante, Colombe vient d’Annecy-le-Vieux : "Pour moi c’est vraiment important. Participer à ce projet, c’est unique. Je me suis sentie concernée car je cherchais un «chez-moi» à Annecy quand les femmes nigériennes ont été kidnappées par Boko Haram. Elles n'avaient plus de maisons, moi si."


 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don