Accueil
Projet de loi immigration : les attentes du maire de Pessat-Villeneuve
Partager

Projet de loi immigration : les attentes du maire de Pessat-Villeneuve

Un article rédigé par Stéphane Marcelot - RCF Allier, le 7 novembre 2023  -  Modifié le 10 janvier 2024
3 questions à... Auvergne Projet de loi immigration : "On parle d'êtres humains et non de marchandises"

Gérard Dubois, à la tête de la localité qui abrite depuis maintenant 8 ans un centre d'accueil provisoire d'hébergement pour réfugiés, était l'invité de la matinale RCF ce mardi matin.

Gérard Dubois, maire de Pessat-Villeneuve Gérard Dubois, maire de Pessat-Villeneuve

C'est le texte sur lequel tous les projecteurs sont braqués depuis hier. Le projet de loi immigration du gouvernement. Les maires ont évidemment l'oeil dessus, étant en première ligne de l'accueil territorial des migrants. Gérard Dubois est à la tête de la commune de Pessat-Villeneuve, un peu plus de 600 habitants, qui abrite depuis 2015 un centre provisoire d'hébergement. 70 réfugiés y sont accueillis. Pour Gérard Dubois, l'Etat doit selon aider davantage les maires sur plusieurs points :

Podcast Natif Gérard Dubois : "La mobilité est un point crucial"

Alors que les sénateurs ont débuté lundi 6 novembre l’examen du projet de loi, « ce que je pourrais dire aux parlementaires de notre département, c’est d’une part de penser qu’on parle d’êtres humains et non de marchandises. Or, on entend souvent parler de flux, d’invasions… et cela ne peut entraîner que du repli sur soi et de la perte d’humanité », souligne le maire de Pessat-Villeneuve.

"Le maintien de l'aide médicale d'Etat est importante"

« Après, dans la loi, tout le monde ne va pas la lire point par point, comme souvent. Mais mais tout le monde va réagir sur un ou deux points… Moi je crois qu’on est beaucoup dans de la communication. J’ai été rassuré sur un point », poursuit Gérard Dubois, « celui concernant le possible maintien de l’aide médicale d’Etat. Il ne faut pas la supprimer. Avec notre exemple local, heureusement qu’il y a eu un accompagnement médical, sans regarder qui était qui. On accueille des gens, et il faut bien les accueillir. J’espère que l’on s’appuyera sur l’exemple ukrainien et un peu sur l’histoire de Pessat aussi ». 
Cette expérience des dernières années, l’élu se dit prêt à la partager au maximum dans les prochains jours, au regard de la fenêtre de tir de l’examen du texte. Il indique à ce sujet qu’une invitation a été transmise à l’Elysée « pour que Emmanuel Macron vienne voir comment cela se passe, sur place » :

Podcast Natif "Je suis prêt à prendre mon bâton de pèlerin"
Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Actualités
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
3 questions à... Auvergne

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don