Accueil
Présidentielle 2022 : L'International avec Sciences Po Grenoble

Présidentielle 2022 : L'International avec Sciences Po Grenoble

Un article rédigé par Bérénice Charles, Violaine Rey - RCF Isère, le 1 avril 2022  -  Modifié le 1 avril 2022
3 questions à (Isère) [PRESIDENTIELLE 2022] Les relations internationales s'invitent dans la campagne

Durant deux semaines et jusqu'au premier tour de l'élection présidentielle 2022, programmation exceptionnelle sur RCF Isère. Chaque matin, sur votre antenne, retrouvez un nouvel invité qui aborde, pour vous, un enjeu fort de ce vote et ses propositions pour le prochain quinquennat. 

Unsplash - Christian Lue Unsplash - Christian Lue

L'actualité rebat les cartes

Il est rare, lors d'une élection présidentielle, que les relations internationales soient au coeur des préoccupations des français, mais ces deux dernières années ont changé la donne, entre pandémie et guerre en Ukraine.

Par conséquent, les positions politiques des candidats, sur l'Europe ou l'OTAN, pèsent plus lourds dans la balance. "La guerre en Ukraine a renforcé la stature présidentielle d'Emmanuel Macron, à l'inverse, plusieurs candidats ont été rattrapés par leur Poutinophilie" explique Franck Petiteville, professeur à Science Po Grenoble "l'Ukraine, la Syrie ont donné à voir ce dont était capable Vladimir Poutine en terme de politique étrangère"

Les relations internationales sous les feux de la rampe... Au point de faire oublier d'autres enjeux primordiaux ? "C'est le risque" admet Franck Petiteville. Autre risque, le gagnant du second tour pourrait bien voir sa légitimité être remise en question, dans quelques mois ou quelques années, après une élection sans campagne, dans un contexte inédit.

 

Un retour de l'Histoire ?

Pour le professeur de Sciences Po Grenoble, c'est indéniable, la situation géopolitique actuelle rappelle celle de la Guerre Froide, "A l'époque, l'Union Soviétique et la Chine étaient alliées, comme c'est le cas aujourd'hui et on retrouve des pays occidentaux sur la défensive. La priorité, ce sera de faire face à un monde dans lequel le multilatéralisme est fragilisé".

Un enjeu majeur du prochain mandat sera donc de maintenir la communication avec l'ensemble des pays du globe, se confronter aux "disfonctionnements" du Conseil de Sécurité de l'ONU, relancer la réforme des Nations Unies et s'appuyer sur l'Union européenne. "On assiste au réveil de la belle endormie" explique Franck Petiteville "avec des pays européens qui décident de sanctions, qui votent des budgets de défense, se désengagent en Afrique".

Outre l'alliance entre européens, il sera important de repenser nos relations avec les Etats Unis "resserrer les liens" et décider, ensemble, du traitement diplomatique réservé à la Russie. Vladimir Poutine devrait être présent lors du prochain G20, "c'est un peu compliqué de le mettre à la table des négociations avec les autres" conclue le professeur.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

L'invité
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
3 questions à (Isère)

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don