Accueil
Pour l'épidémiologiste Catherine Hill, un sursaut vaccinal est nécessaire
Partager

Pour l'épidémiologiste Catherine Hill, un sursaut vaccinal est nécessaire

Un article rédigé par Pierre-Hugues Dubois - RCF, le 13 décembre 2022  -  Modifié le 24 juillet 2023
L'Invité de la Matinale Catherine Hill : "Depuis quatre semaines, la circulation du virus augmente"

Le coronavirus fait son retour, avec une hausse significative du nombre de contaminations ces dernières semaines, et plus encore ces derniers jours. Le gouvernement commence à se faire plus menaçant, et on voit ici et là les ministres masqués dans leurs différents déplacements.

Patient se faisant vacciner contre le Covid-19. ©Unsplash Patient se faisant vacciner contre le Covid-19. ©Unsplash

Selon un sondage Odoxa pour Le Figaro publié le 11 décembre, 76% des Français se disent "favorables au rétablissement du port du masque obligatoire dans tous les transports publics". Pour Catherine Hill, le port du masque n’est pas la solution : "vous savez le masque, c'est pas furieusement efficace".

 

L'importance de la vaccination

 

L'épidémiologiste souligne l'importance de réaliser la dose de rappel : "Si votre dernière appel date de plus de 6 mois il faut aller vous faire revacciner". Catherine Hill rappelle que la protection permise par le vaccin s'amenuise fortement avec le temps : "au bout de trois mois on est déjà moins bien protégé, et au bout de six mois c'est plus très efficace".

 

 

La population n'est pas bien protégée 


La chercheuse insiste sur le risque d'avoir des personnes insuffisamment vaccinées autour de la table du Réveillon. "Le problème, c'est que maintenant il y a beaucoup de gens dans la dernière vaccination de plus de 6 mois."

 

Développer la vaccination à domicile ?

 

Catherine Hill regrette que la vaccination ait été insuffisante, en particulier sur les personnes les plus à risques. "Il y a 13% des gens de 80 ans et plus qui ne sont pas du tout vaccinés, alors que c'est seulement 6% des gens aux âges plus jeunes" insiste-t-elle. Pour elle, le point clé est l'accès au vaccin. "On n'est pas aller vacciner les personne âgées chez elle, et ça c'est quand même assez catastrophique" dénonce-t-elle. "Il y a des gens qui ne sont pas mobiles, qui ne sont pas connectés, personne ne s'est occupé de savoir s'ils étaient vaccinés ou pas". Pour l'épidémiologiste, il serait aisé d'organiser une telle vaccination à domicile, en ayant recourus aux médecins et infirmiers : "il y a tout ce qu'il faut, c'est juste une question de décision politique".

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don