Accueil
Port de pêche de Lorient : une baisse d'activité historique en 2023
Partager

Port de pêche de Lorient : une baisse d'activité historique en 2023

Un article rédigé par Claire le Parc - RCF Côtes d'Armor, le 13 février 2024  -  Modifié le 13 février 2024

Brexit, plan de sortie de flotte...Pour le port de pêche de Lorient, l'année 2023 a été marquée par plusieurs crises. Résultat : à l'heure du bilan, l'infrastructure affiche une baisse d'activité historique. 

Le port de pêche de Lorient Keroman. ©Jean Piel Le port de pêche de Lorient Keroman. ©Jean Piel

"Nous enchaînons choc après choc." Très vite, Olivier le Nézet, le Président de la SEM (société d'économie mixte) qui gère le port de pêche de Lorient donne le ton. Brexit, plan de sortie de flotte, fermeture temporaire du Golfe de Gascogne... Ces dernières années, l'infrastructure a eu son lot de crises. Un contexte qui pèse sur le bilan de 2023. L'année dernière, 17 148 tonnes ont été débarquées à Lorient, contre 18 109 tonnes en 2022. Le chiffre d'affaire suit cette tendance avec 65,5 millions d'euros en 2023 contre 70,3 en 2022. Le port de pêche de Lorient perd donc sa place de leader. Il est aujourd'hui second derrière Boulogne-sur-Mer en valeur, troisième en volume. "Une baisse d'activité historique", confirme Olivier le Nézet mais rien de surprenant pour le président.

Nous avons perdu environ 2600 tonnes de poissons avec le plan de sortie de flotte. Ce bilan est à l'image d'une filière en difficulté, confrontée à des problématiques extérieures.

Hausse d'activité sur l'aire de réparation navale

Si l'activité des quais est en baisse, celle, en revanche, de l'aire de réparation navale est en hausse. Son terre-plein a comptabilisé 256 navires à sec et plus de 6000 journées d'occupation. "Il y a malgré tout de bonnes nouvelles, sourit le président. La pêche côtière se maintient également."

Redonner des perspectives à la filière

Côté perspectives, l'année 2024 "commence difficilement." En ligne de mire : la fermeture temporaire du Golfe de Gascogne. "1/3 de la flotte est actuellement à quai à Lorient." Mais Olivier le Nézet reste optimiste. 

Il ne faut pas nier les difficultés, il faut les affronter. Nous avons la ressource, la demande... Nous devons trouver des solutions en lien avec les salariés et les pouvoirs publics. C'est beaucoup d'échanges, de travail et d'efforts mais il faut avancer, nous n'avons pas d'autres alternatives.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don