Accueil
Père François Michon: "L'Eglise ne peut être qu'interculturelle"
Partager

Père François Michon: "L'Eglise ne peut être qu'interculturelle"

RCF,  -  Modifié le 3 avril 2018
Le Père François Michon, responsable de la Communauté du Chemin Neuf, revient sur les missions des chrétiens auprès des jeunes et insiste sur l'importance de l'ouverture.
Père François Michon Père François Michon

La Communauté du Chemin Neuf œuvre pour l’unité des chrétiens, dans une spiritualité proche d’Ignace de Loyola. Elle compte 2 000 membres engagés dans une trentaine de pays. Pour Pâques, François Michon, responsable de la Communauté, adresse un message de foi et d'unité.

François Michon, responsable de la communauté, a fêté Pâques parmi 650 jeunes, à l’abbaye d’Hautecombe. "J’y ai trouvé une joie et une espérance à partager". Parmi les jeunes présents, deux profils : d’une part, ceux issus d’une longue tradition chrétienne, de l’autre, ceux qui cherchent encore, qui souhaitent découvrir quelqu’un de vivant.

L’interrogation sur la foi

Beaucoup parmi ces jeunes présents "ne peuvent pas se satisfaire d’une humanité auto-référencée. Il faut ouvrir des fenêtres sur leur existence, une lumière pour accompagner les choix qu’ils ont à faire".

Le père François Michon se dit frappé de voir le nombre de films sortis ces derniers mois, qui disent l’interrogation des hommes sur la foi : L’enquête, La prière, Marie de Magdala. "La vie a une ouverture et une dimension de transcendance évidente. On pense également au choix posé par le colonel Arnaud Beltrame qui interroge l’ensemble de l’humanité sur le sens d’une existence".

"Les jeunes ont besoin de chrétiens qui témoignent de la joie qui les habite"

La communauté du Chemin Neuf a cinquante ans et fait son chemin dans l’Eglise. "Le message qu’elle porte, l’unité des chrétiens, est en phase avec la vie de l’Eglise aujourd’hui. Les chrétiens ne sont pas en opposition, ils célèbrent d’abord cette présence vivante dont le monde a besoin, et la joie de le signifier ensemble".

Les jeunes ont besoin d’être accompagnés, selon François Michon, par des chrétiens qui ont la simplicité de pouvoir témoigner de la joie qui les habite et de dire que c’est une lumière capable de guider leur vie.

La jeunesse, entre choix et liberté

"La jeunesse est un âge redoutable et formidable. C’est le moment d’une grande liberté, où cette liberté va s’expérimenter, déterminant des choix pour toute une existence"

Deux membres de la communauté du Chemin Neuf ont participé au pré-synode réunissant des jeunes du monde entier. "Il en ressort que les échanges ont été fabuleux. Les jeunes ont conscience que ce sont eux qui bâtissent l’Eglise, grâce à la dimension universelle de Rome".

Les jeunes, le présent de l’Eglise

Les jeunes sont-ils le présent plutôt que l’avenir de l’Eglise ? "Dans la communauté, ce que nous vivons est d’abord porté par les jeunes. Le message d’espérance et de force de Jésus, ils le portent de manière évidente."

Aujourd’hui, les jeunes se prennent en main, inventent "la manière de célébrer, de vivre. Ils se sentent investis et dépositaires du message. Nous devons leur montrer que ce qu’ils portent en vaut la peine, qu’ils peuvent oser espérer".

"L'Eglise ne peut être qu'interculturelle"

Le père François Michon a vécu au Congo, a Kinshasa, qui traverse aujourd’hui une grave crise politique. Il y a vu la « force de la foi » : "L’Afrique n’est pas à évangéliser, la foi est présente partout. Nous aidons les gens à se mettre debout pour s’occuper les uns des autres, se porter".

La communauté, créée en Europe, se déploie désormais partout, en Afrique, Amérique du Sud, Asie. "Le message de l’Evangile naît véritablement quand il est porté à plusieurs. L’Eglise ne peut être qu’interculturelle".

Vivre l’unité dans l’ouverture internationale

François Michon rappelle la parole du Pape sur la "diversité réconciliée" : prendre conscience qu’aujourd'hui, les 2/3 de l’humanité célèbrent le mystère de la résurrection. "Ce que nous partageons, cette fabuleuse nouvelle qui s’exprime... Le seigneur a une seule épouse, une seule Eglise. Ce que nous essayons de vivre, un œcuménisme institutionnel, qui rattache nos Eglises ensemble".

La communauté sera désormais présente à Thibirine, en Algérie. "L’enjeu évident, c’est la rencontre entre une tradition occidentale et l’islam. C’est un lieu symbolique où nous devons apprendre le dialogue : nous avons en commun la foi, l’ouverture sur la transcendance qui guide l’humanité, l’expérience de la prière".

Les moines de Thibirine seront prochainement béatifiés. "Ils signifient par leur vie le cœur de l’Evangile : accepter de donner sa vie pour l’amour de la fraternité".

Que dire de Pâques aujourd'hui? "Christ est vivant, capable d’éclairer une vie et une société". 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don