Accueil
Pédophilie: d’anciennes affaires font surface à Paris et Orléans
Partager

Pédophilie: d’anciennes affaires font surface à Paris et Orléans

Un article rédigé par Jean-Baptiste Le Roux - RCF,  -  Modifié le 19 avril 2016
A la suite de l’action de l’association La Parole Libérée, des affaires de pédophilie, parfois anciennes, refont surface. Récemment à Paris au lycée Franklin et dans le diocèse d’Orléans.
podcast image par défaut

La chasse aux affaires de pédophilie, au sein de l’Eglise notamment, se poursuit. Mais pas question du diocèse de Lyon cette fois-ci. Mardi, l’évêque du diocèse d’Orléans, Mgr Jacques Blaquart, a retiré ses derniers ministères à un prêtre mis en examen en 2012 pour des faits de nature pédophile.

Ces faits remonteraient à l’année 1993, et se seraient produits durant un camp du Mouvement  eucharistique des jeunes (MEJ), où officiait ce prêtre en temps qu’aumônier d’un groupe, dans le sud-ouest de la France. Mais ce n’est qu’en 2011 que les premiers témoignages font surface. Dans la foulée de c es déclarations, l’Eglise signale l’affaire à la justice, qui ouvre une enquête.

"J’ai aussitôt saisis le procureur" explique Mgr Jacques Blaquart, lorsqu'il est mis au courant de l'affaire. Il ajoute que "l’enquête est en cours et aurait mis en évidence huit ou neuf cas d’attouchements sur mineurs, sur des victimes âgés d’une douzaine d’années'. Entre temps, le prêtre, également aumônier des Scouts d’Europe, aurait reconnu les faits. Son procès pourrait s’ouvrir en 2017.

L’évêque précise également que ses prédécesseurs auraient pris des mesures conservatoires vis-à-vis de ce prêtre, pour éviter qu’il ne se trouve seul en contact avec des jeunes. Ayant supprimé mardi ses derniers ministères au prêtre aujourd’hui âgé de 65 ans, Mgr Blaquart regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt. Bien avant les mesures annoncées la semaine dernière par la Conférence des Evêques de France pour lutter contre la pédophilie dans l’Eglise, le diocèse d’Orléans faisait figure de modèle du genre, en ayant le premier mis en place une cellule d’écoute pour les victimes.

Mercredi, une nouvelle affaire faisait surface à Paris. Un ancien élève du prestigieux lycée Franklin, dans le XVIème arrondissement de la capitale, a assuré avoir été victime de gestes déplacés de la part d’un prêtre de l’établissement, dans les années 60. Le prêtre est aujourd’hui décédé. De nouvelles révélations dans la droite ligne de l’action de l’association La Parole Libérée, qui regroupe des victimes du père Preynat, dans le diocèse de Lyon. L’affaire par laquelle tout a commencé.

La réaction du Père Jacques de Longeaux:

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don