Accueil
"Pacem in terris", quand l'Église demandait l'interdiction de l'arme atomique
Partager

"Pacem in terris", quand l'Église demandait l'interdiction de l'arme atomique

RCF,  -  Modifié le 24 juin 2021
Le Temps de le dire Pacem in terris, quand l'Église demandait l'interdiction de l'arme atomique
Il faut attendre Laudato si' pour voir une encyclique recevoir un tel accueil en dehors de l'Église. Écrite en pleine guerre froide, "Pacem in terris" est la première encyclique sur la paix.
podcast image par défaut

Il y a 55 ans, le 11 avril 1963, le pape Jean XXIII publiait l’encyclique "Pacem in terris - Sur la paix entre toutes les nations, fondée sur la vérité, la justice, la charité, la liberté". Pour la première fois une encyclique était adressée "à tous les hommes de bonne volonté" et non plus aux seuls catholiques. C'est d'ailleurs l'encyclique pontificale qui a reçu le meilleur accueil en dehors de l'Église. "Il faut attendre "Laudato si'" pour trouver quelque chose du même genre - dont l'accueil a été presque meilleur en dehors de l'Église qu'à l'intérieur", rappelle le P. Christian Mellon.
 

 

En pleine guerre froide, réclamer "la proscription de l'arme atomique"

On est à moins de six mois après la crise des missiles de Cuba d'octobre 1962 - crise "qui a fait passer le monde très proche d'une guerre nucléaire". Cela qui explique que Jean XXIII revient sur cette question des armes nucléaires.

"La justice, la sagesse, le sens de l'humanité réclament par conséquent, qu'on arrête la course aux armements ; elles réclament la réduction parallèle et simultanée de l'armement existant dans les divers pays, la proscription de l'arme atomique et enfin le désarmement dûment effectué d'un commun accord et accompagné de contrôles efficaces."
Encyclique "Pacem in terris", par. 112

 

l'Église engagée dans la résolution des conflits

"Ce n'est pas l'Église qui a empêché une guerre qui aurait été lourde de conséquences mais elle y a contribué, explique Mgr Marc Stenger, Jean XXIII avait beaucoup de contacts, il avait été diplomate." Le chef de l'Église catholique a, selon le président de Pax Christi France, "tout fait de son côté par ses contacts pour permettre cette négociation" et éviter l'affrontement.

Ce n'était pas le premier texte signe d'un souverain pontife sur la paix mais avec "Pacem in terris", c'est la première fois qu'une encyclique est consacrée à la question. Et le texte "nous oriente vers la paix, explique le P. Mellon, du Ceras, c'est que "sa principale innovation c'est sur les droits de l'homme".
 

Une "conversion de l'Église aux droits de l'homme"

"On ne peut rien trouver dans cette encyclique qui soit en contradiction avec ce que disent les prédécesseurs [de Jean XXIII] et l'enseignement moral traditionnel de l'Église sur la question de la guerre et de la paix", explique le Père Christian Mellon. En 1948, la Déclaration universelle des droits de l'homme était passée sous "un silence total de la part des autorités catholiques de l'époque", parce que condamnée au cours du XIXè siècle. L'encyclique "Pacem in terris", c'est la concrétisation d'une "véritable conversion de l'Église aux droits de l'homme", nous dit le P. Mellon.

En 1963, l'encyclique annonce le discours de Paul VI à l'ONU, le 4 octobre 1965, et donne une "impulsion" à Vatican II (1962-1965). "J'ai le sentiment que cette encyclique a pas mal influencé le concile Vatican II", observe le P. Alain Paillard, secrétaire général de Justice et paix France. Quand est parue l'encyclique, une première session avait déjà eu lieu.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

image par défaut
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Le Temps de le dire

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don