Accueil
Nicolas Clément sur les sans-abris: "Il n'y a pas de fatalité"
Partager

Nicolas Clément sur les sans-abris: "Il n'y a pas de fatalité"

Un article rédigé par Christian Vadon - RCF,  -  Modifié le 4 avril 2018
510 femmes et hommes sont morts dans la rue l’an dernier en France. Nicolas Clément, président du collectif les morts de la rue, appelle à l’action pour réduire ce nombre.
Pixabay Pixabay

Une cérémonie se tient aujourd’hui à l’Hôtel de Ville de Paris pour ne pas oublier ces 510 sans-abris décédés au cours de l’année précédente. Nicolas Clément est le président du collectif Les morts de la rue. Il propose de relancer une politique de prévention afin de réduire le nombre de décès.

Pourquoi un hommage ?

"Nous avons démarré en 2002 ces hommages, pour que les sans-abris soient pris en considération et pour rappeler qu’il y a également des vivants, pour éviter qu’ils n’arrivent à cette situation.
Quelqu’un qui vit dans la rue meurt à 50 ans en moyenne, alors que normalement, un homme atteint 79 ans, une femme 85 ans. Les politiques s’interrogent sur la conduite à tenir, mais on ne peut pas trouver normal que des gens puissent mourir trente ans avant tout le monde !
Si l’on est capables de réduire le nombre de morts sur les routes, on peut réduire les morts de la rue… En s’y attelant tous : Etat, municipalités, associations… et chacun d’entre nous. Il faut comprendre que la majorité des gens de la rue sont des gens comme tout le monde."

Il n’y a donc pas de fatalité ?

"Il n’y a ni hasard, ni fatalité. Plusieurs personnes vivant la même situation ne finissent pas à la rue. Sans travail, sans formation, avec une famille destructurée, avec un seul de ces éléments on ne termine pas dehors. Mais lorsqu’on cumule tout, le risque est plus grand. Il existe des éléments déterminants pour faciliter le fait de tomber à la rue, mais ce n’est pas automatique. Il faut bloquer ces déterminants."

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don