Accueil
Michel-Edouard Leclerc: "je milite pour une politique culturelle plus forte en France"
Partager

Michel-Edouard Leclerc: "je milite pour une politique culturelle plus forte en France"

RCF,  -  Modifié le 3 février 2017
​A l’approche des élections présidentielles et législatives, RCF vous propose quatre journées Territoires de Fraternité. Première journée, vendredi 3 février, à Brest.

Il y a une faim de culture en province

La culture, facteur de cohésion sociale. C’est le thème de cette première journée brestoise, dans le cadre des journées spéciales Territoires de Fraternité. C’est Michel-Edouard Leclerc, patron du groupe Leclerc, qui ouvre cette journée.

Le fonds Hélène et Edouard Leclerc a été créé en 2011. C’est un lieu d’exposition situé dans le centre-ville de Landerneau, non loin de Brest. Il est situé dans le premier magasin Leclerc, dans la ville natale de Michel-Edouard Leclerc. On y trouve des œuvres majeures, et les visiteurs ont le plaisir de découvrir de nouveaux artistes, tous les ans. Après Giacometti, Chagal, c’est Hans Hartung et les peintres lyriques qui sont en ce moment mis à l’honneur.

"Mes parents disposaient d’un site qu’ils avaient adapté pour ouvrir un supermarché. Mais ils avaient acheté un terrain avec de vieilles friches industrielles. Et ces friches cachaient un couvent capucin. Quand on a dégagé le magasin à l’extérieur de la ville, mes parents ont voulu réhabiliter l’ensemble qui est assez beau. On voulait lui donner une vocation culturelle" explique Michel-Edouard Leclerc.

Dépassant la crainte d’un échec, du fait de l’éloignement de Landerneau, Michel-Edouard Leclerc explique que "les centres Leclerc sont implantés en province. Nous avons une bonne connaissance des comportements locaux. Nos amis de province sont avides de festivals de musique, d’expositions. Trop souvent on se focalise sur ce qui se passe à Paris, mais dans nos provinces, il y a une faim de culture. A l’image du Festival des Vieilles Charrues, on voulait donner une visibilité à Landerneau, qui n’est pas une ville de destination, et attirer un public qui avait envie de découvrir l’art contemporain, et ça a marché".

 

Faire venir le meilleur de l'art en Bretagne

Il ajoute qu’en Bretagne, "on est assez militant. On nous attendait plutôt sur un lieu qui mettrait en avant davantage la culture bretonne. J’ai choisi le parti inverse. Faire venir le meilleur de l’art en Bretagne, dans cette vieille idée chrétienne démocrate, apporter de la consistance pour faire grandir les Bretons dans ce qui se fait. Et à la fois, nous sommes une vraie région touristique. Aujourd’hui Landerneau rayonne de sa capacité à faire venir l’art des Etats-Unis, de Russie. Cela booste le commerce de la ville, cela booste l’intérêt pour l’art."

La politique tarifaire de cet espace, est destinée à accueillir le maximum de monde. L’entrée est au prix de huit euros. "On a une politique tarifaire attractive. On aurait pu grâce à nos mécènes, augmenter les prix, mais nous n’avons pas voulu casser les ressources des autres musées de la région. Nous avons fait un tarif accessible à tous. Ce n’est pas du tout prohibitif pour accéder à des œuvres majeures" explique le patron du groupe Leclerc

Culture, facteur de cohésion sociale. Pour Michel-Edouard Leclerc, "il y a un grand désir d’échange social dans la société. Et alors que la politique déçoit aujourd’hui, la culture c’est encore ce qui rassemble. Je suis de la génération du rock et du nouveau cinéma européen. J’ai été formé par cette approche culturelle. Incontestablement, aujourd’hui, la culture permet à tous de s’exprimer, sans conflit, d’exister dans la différence, dans une communauté très conviviale."

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don