Mgr Vincent Jordy : "La colère des fidèles est aussi la nôtre"

Un article rédigé par Pierre-Hugues Dubois - RCF, le 9 novembre 2022  -  Modifié le 14 novembre 2022
L'Invité de la Matinale Mgr Vincent Jordy : "la colère des fidèles est aussi la notre"
Partager

Coup de tonnerre à Lourdes. L'Assemblée plénière des évêques de France s'est terminée mardi soir. Elle a été marquée par les sujets d’abus, et par ces révélations inattendues du cardinal Ricard. Il a admis avoir commis des actes répréhensibles il y a 35 ans, envers une mineure, une jeune fille de quatorze ans. Monseigneur Vincent Jordy est archevêque de Tours, et vice-président de la Conférence des évêques de France.

Mgr Vincent Jordy revient sur l'assemblée plénière de la Conférence des évêques de France Mgr Vincent Jordy revient sur l'assemblée plénière de la Conférence des évêques de France

De nombreux fidèles sont en colère, désabusés. Et les révélations du cardinal Ricard dimanche ont pu accentuer ce sentiment. “Je comprends leur colère parce que, d'une certaine manière, leur colère est aussi la nôtre”, répond Monseigneur Jordy. “Le coup de tonnerre de ce qu'on peut appeler l'affaire Ricard, est arrivé dans l'orage de l'affaire Santier” poursuit l’évêque. Ce dernier confie sa souffrance devant ces nouveaux cas d’abus sexuels.  

 

Le traitement de l’affaire Ricard
Car l’affaire du cardinal Ricard a été une détonation. En tant que vice-président de la conférence des évêques de France, Monseigneur Jordy était à la tribune lorsque Mgr Eric de Moulins-Beaufort a lu le communiqué du cardinal Ricard. “J'ai vu la tête de mes frères évêques, je peux vous assurer qu'on voyait très bien que l'immense majorité, peut être à quelques exceptions près, personne ne savait et ne connaissait ces faits” confie Monseigneur Jordy. 


Changement de culture
Pour l’évêque de Tours, le changement qui est en train de se faire au sein de l’Eglise reflète l’évolution de la société, avec un passage d’une culture à une autre, un changement de mentalité et une exigence de transparence accrue. “Il y avait, comme dans toute institution, une certaine opacité” dans l’Eglise, reconnait-il. Cependant, il rappelle que même si on demande aux évêques une grande exigence de clarté, de par leur rôle public, “ça ne veut pas dire moins de droits pour eux que pour le citoyen lambda”. A commencer par la présomption d’innocence. 


La colère de certains prêtres

Profondément affectés par ces révélations, certains prêtres sont en colère. “Plus encore aujourd'hui, l’heure est venue de nous serrer les coudes, d'être ensemble, de nous parler en vérité et d'essayer d'avancer ensemble pour que notre mission continue” répond Monseigneur Jordy. 
  
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don