Accueil
Maud Bregeon
Partager

Maud Bregeon

RCF,  -  Modifié le 27 mai 2021
​Quel rôle jouent les chrétiens en politique ? Quelles implications, quels votes ? Réponse avec le père Bertrand Auville, auteur du magazine "Philadelphia".
RCF RCF

Des valeurs républicains, et chrétiennes

A quelques semaines des élections départementales et régionales, les chrétiens s’interrogent déjà sur leur vote lors de ce scrutin, et sur leur rôle en matière de lien social dans la République. "Les chrétiens, qui sont disciples du Christ, ne peuvent pas se désintéresser de ce monde que leur Dieu est venu habituer. Il y a donc une implication naturelle des chrétiens dans la chose publique" estime le père Bertrand Auville, auteur du magazine "Philadelphia".

En France, l’Etat est laïc. Ce qui ne veut pas dire que les Français le sont. "Ce qui est important, c’est qu’un certain nombre de valeurs républicaines sont aussi des valeurs chrétiennes. Liberté, égalité, fraternité. Ce sont des thèmes dont la Bible parle à l’envie" ajoute le père Bertrand Auville. Pour autant, il n’est pas forcément facile de s’assumer catholique en politique. Une appartenance religieuse qui ne doit ni être honteuse, ni "une valeur marketing" pour ce prêtre.
 

Mettre l'homme au premier plan

"Être catholique en politique, c’est forcément quelque chose de difficile. Très vite, il peut y avoir des conflits de conscience entre une sorte d’idéal chrétien, et de pratique du terrain. La vie chrétienne est toujours sur une ligne de crête où l’équilibre est instable, et la seule manière de ne pas tomber quand on est en déséquilibre, c’est d’avancer. Il faut donc se risquer, se confronter. C’est dangereux, mais c’est l’enjeu de notre vie" lance le père Bertrand Auville.

Les catholiques ne forment pas un seul bloc en politique. Il existe plusieurs sensibilités. "C’est la fameuse question des points non-négociables. Je ne me lancerai pas dans cette polémique, dont je n’ai pas de réponse. Il y a toutefois un marqueur : regardez dans les programmes, dans les professions de foi des candidats, la place de l’homme. Est-ce que l’homme est central dans les propositions qui sont faites ? Si ce n’est pas l’homme, c’est autre chose : la planète, l’économie, telle idéologie. Voila un marqueur de discernement, s’il en fallait un" estime le fondateur de "Philadelphia".

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don