Accueil
L’Ukraine au défi des pénuries de munitions

L’Ukraine au défi des pénuries de munitions

Un article rédigé par Jean-Baptiste Labeur - RCF, le 19 janvier 2024  -  Modifié le 19 janvier 2024
Le dossier de la rédaction Ukraine : Après presque deux ans de guerre, l'armée est en difficulté

Volodymir Zelensky a une nouvelle fois demandé aux Occidentaux d’accélérer leur soutien. Ce soutien s’est essoufflé avec le conflit au Proche-Orient et le blocage politiques des aides financières américaines et européennes. Dans le même temps, la Russie reconstitue ses stocks et a mis en place une économie de guerre.

Des canons sur le front en Ukraine. Crédit photo Vincent Nguyen/Hans Lucas Des canons sur le front en Ukraine. Crédit photo Vincent Nguyen/Hans Lucas

Plusieurs signaux sont inquiétants en provenance d’Ukraine. De retour d'un déplacement en Pologne et en Ukraine fin, décembre, les sénateurs de la commission des affaires étrangères et de la défense tirent la sonnette d'alarme dans un rapport dévoilé mercredi. Il révèle que l’armée ukrainienne est fragilisée par une pénurie de munitions, en particulier les obus d’artillerie de 155 mm le standard OTAN. 

8000 obus tirés par jour par les Ukrainiens

Sur le front, le déséquilibre est criant. « Les Ukrainiens tirent entre 5 et 8 000 obus par jour. Côté Russe, c’est entre 10 000 et 15 000 par jour » souligne le sénateur LR de Belfort Cédric Perrin président de la commission défense au Sénat. « Les autorités ukrainiennes ont fait de la production de munitions, la priorité » explique le rapport parlementaire. Localement, elle a été multipliée par vingt depuis 2022, mais cela reste très insuffisant. 

Kiev toujours dépendante des ses alliés

L’Ukraine reste donc dépendante de ses alliés. Sachant que la France produit environ 2000 obus par mois, soit 24 000 sur un an. C’est environ 3 jours de consommation des Ukrainiens sur le front. La promesse européenne de fournir 1 million d'obus en 2023 ne s’est pas non plus concrétisée.

Difficultés pour monter en puissance

Les Occidentaux peinent à monter en puissance sur la production d’obus ? Avec les dividendes de la paix, les alliés de l’OTAN dont la France, ont réduit la voilure. « On a perdu des compétences et des capacités industrielles, les retrouver cela prend du temps » indique Cédric Perrin. Le ministre des armées Sébastien Lecornu estime que la cadence pourrait passer à 3 000 obus par mois.

La Russie en économie de guerre

Dans le même temps Moscou a enclenché une économie de guerre réelle. « Ils ont transformé certaines de leurs industries en industrie d’armement, ils produisent des obus, des drones, en dépit des sanctions. Les Russes ont une capacité de production plus importante souligne Christophe Gomart, ancien directeur du renseignement militaire.

« Entre mai et décembre 2023, le nombre de soldats (russes) aurait augmenté de 20 % sur le front et le nombre de chars et de pièces d'artillerie de 60 % », observent les sénateurs français dans leur rapport.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don