Accueil
Locations Airbnb : la fin de l'impunité ?
Partager

Locations Airbnb : la fin de l'impunité ?

Un article rédigé par Victorien Duchet - RCF Haute-Savoie, le 27 novembre 2023  -  Modifié le 4 décembre 2023
Journal Local · RCF Savoie Mont-Blanc Edition du lundi 27 novembre 2023 à 08h01

Locations courte durée, de type Airbnb, est-ce la fin de l’impunité ? A Annecy, elles se multiplient, et sont incontrôlables. Ce mardi 28 novembre, l’Assemblée Nationale va étudier une proposition de loi visant à réguler ce type de logement.

A l'étage, une location type Airbnb. En-dessous, l'appartement de Marie-Thérèse. ©RCF Haute-Savoie/Victorien Duchet A l'étage, une location type Airbnb. En-dessous, l'appartement de Marie-Thérèse. ©RCF Haute-Savoie/Victorien Duchet

Est-ce la fin des privilèges pour les locations saisonnières ? Ce mardi, la commission de l'Assemblée Nationale va étudier une proposition de loi transpartisane pour réguler le marché locatif en zone tendue. A Annecy, la situation est infernale. Les deux tiers des locations, de type Airbnb à Annecy, sont concentrées en vieille ville. Elles provoquent nuisances pour les habitants, et appauvrissent le bâti.

"À 2 heures du matin, trois fois par semaine, c'est le même cirque" 

Passage Nemours, au cœur du vieil Annecy, une petite dizaine d'Airbnb se côtoient sur à peine 200 mètres de distance. Marie-Thérèse Reiss, propriétaire d'un appartement, vit l’enfer au quotidien. Cette citadine, qui a toujours vécu à Annecy, ne reconnait plus son quartier. A l’étage de son immeuble, un studio de 25 mètres carrés est continuellement loué en Air BNB. Trois fois par semaine, c’est le même ballet. "J'entends les valises rouler sur le sol à chaque changement de locataire, souvent en pleine nuit", se désole l'annécienne. Une cohabitation éphémère qui apporte son lot de nuisances, mais aussi de délabrement, faute de travaux. "II y a une poutre, qui supporte le palier, qui menace de s'effondrer", décrit Marie-Thérèse, inquiète pour sa sécurité. 23 immeubles sont déclarés en péril, en vieille ville d'Annecy. Situation invivable pour Marie-Thérèse, qui a contacté plusieurs fois la propriétaire. En vain. "Investir dans un logement pour le transformer en Airbnb, c'est avant tout un placement", explique-t-elle. Un placement juteux. Selon non informations, il peut rapporter gros au propriétaire. 200 euros par jour pour un Airbnb en vieille ville, contre 25 euros pour une location à l’année.

Le député Antoine Armand veut toucher au portefeuille 

Le député Renaissance de la circonscription d’Annecy Antoine Armand veut mettre fin aux privilèges, en réduisant l’abattement fiscal pour les locations courte durée. "Je proposerai un abattement fiscal à 30% au lieu de 50% pour les propriétaires qui louent en Airbnb". Le parlementaire veut également contraindre les propriétaires d’Airbnb à financer les travaux de rénovation. Une proposition de loi qui sera examinée ce mardi en commission à l’Assemblée Nationale, avant son passage au Sénat début 2024.

L'immeuble de Marie-Thérèse, dont les normes laissent à désirer. ©RCF Haute-Savoie L'immeuble de Marie-Thérèse, dont les normes laissent à désirer. ©RCF Haute-Savoie
Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don