Accueil
Libraire, une personne cultivée !
Partager

Libraire, une personne cultivée !

RCF,  -  Modifié le 19 décembre 2018
Chaque jour Jean Pruvost vous présente un mot et vous le décrypte !
podcast image par défaut

Librairie, libraire, voilà des mots à surtout ne pas perdre de vue sous peine de mort culturelle. On va essayer d’en raconter et l’origine et l’histoire, à la fois facile et complexe.

Libraire et librairie viennent du latin librarius, qui signifiait "relatif au livre", le livre se disant liber en latin, qui au départ désigne l’écorce d’arbre sur laquelle on écrit. Et ce mot liber a aboutit par érosion à livre. Quand libraire parfois appelé livraire, on dispose d’une première attestation en 1284, chez Jean de Meung, mais il semble bien alors que ce soit en tant que synonyme d’auteur de livre.

Ce serait seulement à la fin du XVe siècle qu’apparaîtrait pour la première fois le libraire en tant que personne pratiquant le commerce des livres. À vrai dire, ces deux activités, écrire des livres et les vendre, étaient liées. Ainsi, le libraire fut au tout départ un copiste de manuscrit, avant de devenir le marchand chargé de vendre les copies des manuscrits originaux, sous la houlette de l’Université, devant laquelle le libraire devait d’ailleurs prêter serment.

Simone de Beauvoir, lorsqu’elle se souvient de son enfance, dans les Mémoires d’une jeune fille rangée, en 1958, témoigne indirectement du lien entre les deux activités, écrire des livre et les vendre : "Je jouais à la libraire… et j’arrangeai de savants étalages. Je ne savais trop si je souhaitais plus tard écrire des livres ou en vendre" déclare-t-elle. De fait, le ou la libraire est une personne cultivée, Jules Michelet le rappelle en 1846 : "J’avais douze ans, et ne savais rien encore, sauf quatre mots de latin, appris chez un vieux libraire, ex-magister de village, passionné pour la grammaire". Aucun doute, nos libraires sont des ferments d’avenir. On aime assez par ailleurs ce qu’en disait Maurice De La Porte qui offrait au mot libraire de nombreux adjectifs dans son article de dictionnaire…

Il s’agissait d’un dictionnaire d’adjectifs pouvant qualifier un nom, ici la librairie, qui pouvait donc être "Noble, ingénieuse, riche, musienne, c’est-à-dire digne des muses -, copieuse, ancienne, totale". Totale, en voilà un bel adjectif. Vite, à la librairie, Un bon café, une bonne radio donc RCF, et un bon livre : plaisir total !
 
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don