Accueil
L'euro-députée drômoise Michèle Rivasi est décédée

L'euro-députée drômoise Michèle Rivasi est décédée

Un article rédigé par Antoine Loistron - RCF Drôme, le 4 décembre 2023  -  Modifié le 17 janvier 2024

Michèle Rivasi est décédée subitement ce mercredi 29 novembre 2023, à l'âge de 70 ans. L'eurodéputée Europe-Ecologie Les Verts, élue au Parlement européen depuis 2009 a fait de sa vie un combat pour la défense de l'environnement. Elle est notamment à l'origine de la création de la Criirad, la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité, après la catastrophe de Tchernobyl. 

Michèle Rivasi ©Flickr Michèle Rivasi ©Flickr

C'est un choc pour beaucoup de défenseurs de l'environnement. L'eurodéputée drômoise Michèle Rivasi est décédée subitement à l'âge de 70 ans ce mercredi 29 novembre. Elle, qui était élue depuis 2009 au Parlement européen, a aussi exercé des mandats nationaux (députée entre 1997 et 2002) et locaux (conseillère générale et adjointe au maire de Valence). 

A l'origine de la Criirad 

Le premier de ses combats aura été en faveur de l'écologie. Elle a notamment contribué à la création de la Criirad (la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité) en 1986, au lendemain de la catastrophe de Tchernobyl. Ne croyant pas que le nuage radioactif a pu s'arrêter à la frontière, elle dénonce "un mensonge d'Etat". Avec d'autres militants, elle souhaitait créer un organe indépendant pour la surveillance du nucléaire.

Députée et élue municipale

Le combat de Michèle Rivasi s'est ensuite poursuivi en politique, avec son élection en tant que député. Mandat pendant lequel elle a lutté contre le scandale de la peinture de plomb dans les écoles. Récemment, en tant que députée européenne, elle s'est prononcé contre le glyphosate, un herbicide considéré comme cancérigène probable ou encore elle luttait sans discontinuer contre les lobbies. 

Elle s'est même rêvé en présidente de la République, participant à la primaire d'Europe-Ecologie-Les Verts en 2016. Mais elle échoue au second tour face à Yannick Jadot. 

Après la crise sanitaire du Covid-19, repérée comme Antivax, elle rejetait l'obligation vaccinale pour les soignants. Au niveau européen, elle appelait à plus de transparence notamment concernant les achats de produits. 

 

Michèle Rivasi n'a eu de cesse aussi de partager son savoir en participant régulièrement à des conférences tant sur les questions environnementales qu'européennes. Très attachée à la Drôme, elle habitait toujours au sud de notre département. 

La classe politique salue "Une grande dame"

Les réactions ne sont pas faites attendre, notamment sur les réseaux sociaux et venants de tous les bords politiques. 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don