Accueil
​Les patrons angevins se réjouissent du « droit à l’erreur »
Partager

​Les patrons angevins se réjouissent du « droit à l’erreur »

Un article rédigé par Gwenn Froger avec Elisa Brinai - RCF Anjou,  -  Modifié le 1 février 2018
L’Assemblée nationale a voté en faveur du « droit à l’erreur ». Dans le Maine-et-Loire, les dirigeants de PME saluent cette loi qui va leur simplifier la vie.

Qu’est-ce que le droit à l’erreur ?

A une très large majorité, les députés ont adopté ce mercredi le projet de loi sur la simplification de l’administration, officiellement intitulé « loi pour un état au service d'une société de confiance ». Ce texte contient le principe du « droit à l’erreur », une mesure qui révolutionne les relations entre l’administration et ses usagers. Concrètement avec ce « droit à l’erreur », chaque Français pourra désormais se tromper dans ses déclarations faites à l'administration, sans risquer une sanction dès le premier manquement. Pour sanctionner, les services administratifs devront prouver que l'usager était de mauvaise foi.
 

Soulagement pour les petits patrons

Ce droit à l’erreur intéresse particulièrement les chefs d'entreprise comme Stéphane Coignard, à la tête d'une PME de 14 salariés à Notre Dame d'Allençon, en Anjou. Il lui est déjà arrivé de déclarer sa TVA en retard et de devoir le payer cher. « Quand on a un programme bien chargé, cela peut arriver d’oublier, raconte-t-il. Or on a beau appeler, se défendre en expliquant qu’on est submergé ou que notre secrétaire est absente, il n’y a pas moyen de négocier et la sanction tombe.  10 % sur 40 000 euros, ça commence à chiffrer !» Avec la nouvelle loi ce cas de figure ne devrait plus se produire.

Jean-Luc Guédon, dirigeant d'une PME en conseil basée aux Ponts-de-Cé considère qu’il s’agit d’un droit au dialogue : « cette loi permet enfin d’instaurer une relation de confiance entre l’administration et les dirigeants d’entreprise. Le droit à l’erreur n’incitera pas à l’erreur. Au contraire, moins on crée de difficultés dans la gestion, moins on incite à la triche» affirme-t-il.
 

Prochaine étape : assouplir les normes

Pour les dirigeants de PME de Maine-et-Loire, cette loi ne doit constituer qu’une première étape. Nombre de chefs d’entreprises attendent de nouveaux assouplissements de la législation. « Depuis plusieurs années, les lois s’empilent. Il faut sans-cesse aller à la pêche aux informations », déplore Stéphane Coignard. Jean-Luc Guédon, pense aussi qu’il faudra aller encore plus loin dans la simplification pour s’adapter à l’économie mondialisée : « Nous les dirigeants français, nous avons toujours un sac à dos chargé avec 35 kg de dossiers, alors que les autres courent en jogging. Forcément, on ne va pas à la même vitesse.»
 
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don