Accueil
Les élus de Bourges en colère face à la situation des urgences de l'hôpital
Partager

Les élus de Bourges en colère face à la situation des urgences de l'hôpital

Un article rédigé par Guillaume Martin-Deguéret - RCF en Berry,  -  Modifié le 20 octobre 2020
Vendredi, le maire et les élus du Conseil municipal se sont rassemblés devant le Centre Hospitalier Jacques Cœur pour dénoncer la situation des urgences. Ils en appellent aux autorités.
RCF - Yann Galut, Magalie Bessard et les élus du conseil municipal de Bourges devant l'hôpital. RCF - Yann Galut, Magalie Bessard et les élus du conseil municipal de Bourges devant l'hôpital.

Durant la nuit du 7 au 8 octobre dernier, il n'y avait aucun médecin urgentiste au Centre Hospitalier Jacques Cœur. De minuit à 8h30 du matin, le SMUR n'a donc pas pu prendre en charge les cas graves qui ont du être envoyés à Vierzon (4 patients) et Saint-Amand (3 patients). Une situation exceptionnelle qui traduit les difficultés de l'hôpital et des urgences de Bourges.

C'est donc une action symbolique qui a été menée vendredi matin par le maire et les élus du Conseil municipal, rassemblés devant l'hôpital avant la tenue du Conseil de surveillance, qui a élu à son issue, Yann Galut à la présidence. Que peut faire la Mairie dans cette situation ? "La municipalité a un pouvoir d'interpellation, elle n'a pas un pouvoir d'action" répond le maire (PS) Yann Galut. "L'hôpital public, c'est le budget de l'État. Nous voulons attirer l'attention des parlementaires du Cher et du Gouvernement sur cette situation qui est totalement inacceptable. On a un pouvoir de soutien aux personnels qui sont actuellement en difficulté et on a un grand pouvoir d'alerte, c'est ce que nous faisons."

"J'ai l'impression qu'on est revenu au XIXème siècle !"

Face à cette situation inédite, Magalie Bessard, la première adjointe au maire, déléguée à la santé demande à l'Agence Régionale de Santé (ARS) un plan d'embauche pour l'hôpital et un classement en zone prioritaire :"Actuellement Bourges est en zone complémentaire. Nous avons demandé à l'ARS que Bourges soit passée en zone prioritaire pour nous aider à recruter des médecins de ville. Cette classification permet notamment l'octroi par la CPAM d'une aide à l'installation de médecins de 50 000 euros [...] ; l'afflux massif de patients aux urgences est aussi la conséquence de la pénurie de médecins en ville."

Une situation médicale tendue en pleine crise sanitaire et qui a forcément des répercussions sur le reste du département : "J'ai l'impression qu'on est revenu au XIXème siècle !" assène Magalie Bessard, qui ne décolère pas. "100 000 habitants privés du service des urgences c'est scandaleux ! Quand le Centre Hospitalier de référence du département dysfonctionne, ça a des conséquences sur tout le territoire et sa population. Nous devons être solidaires."

Les maires de Bourges, Vierzon et Saint-Amand-Montrond ont signé vendredi en fin de journée un courrier commun aux députés du département, à l'ARS et au ministre de la Santé Olivier Véran. Ils demandent un plan d'urgence pour l'hôpital de Bourges.

À l'hôpital de Bourges, 2/3 des 25 postes d'urgentistes sont vacants. 125 dans toute la région Centre-Val-de-Loire.

Reportage

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don