Accueil
Les Églises chrétiennes doivent-elles s'engager contre le patriarche Kirill ?

Les Églises chrétiennes doivent-elles s'engager contre le patriarche Kirill ?

Un article rédigé par Joséphine Bacquaert - RCF, le 7 mars 2024  -  Modifié le 7 mars 2024
L'Invité de la Matinale "Personne ne réalise que la guerre est en Europe", déplore Antoine Arjakovsky

Depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la proximité du patriarche Kirill avec Vladimir Poutine interroge. Deux ans après le début du conflit, des universitaires ont publié une lettre ouverte pour condamner fermement ses actes. Antoine Arjakovsky, l'un des signataires, était l'invité de la matinale. 

Depuis le début de l'invasion en Ukraine, le patriarche Kirill semble être un indéfectible soutien de Vladimir Poutine ©Hans Lucas/ Corinne Simon Depuis le début de l'invasion en Ukraine, le patriarche Kirill semble être un indéfectible soutien de Vladimir Poutine ©Hans Lucas/ Corinne Simon

Depuis 2009, le patriarche Kirill, ex-agent du KGB, est le seizième patriarche de l'Église orthodoxe russe.

Le patriarche Kirill, un religieux très politique

Plutôt libéral dans les années 90, il s’est peu à peu mué en défenseur des valeurs traditionnelles et anti-occidentales. "Dans un premier temps, il a reconnu la chute de l'Union soviétique comme quelque chose de positif, mais au fil des années, il en est arrivé à considérer que la Sainte Russie doit réunir le Biélorusse, l'Ukraine et la Russie", déclare Antoine Arjakovsky, co-directeur du département "Politique et Religions" du Collège des Bernardins.

Pour Antoine Arjakovsky, cette personnalité étrange et complexe du patriarche de Moscou a béni des choses complètement injustifiables. "Il y a plusieurs dizaines de prêtres qui ont été torturés par l'armée russe à l'électricité, avec des électrochocs sur les parties génitales", affirme-t-il. 

L'Invité de la Matinale "Personne ne réalise que la guerre est en Europe", déplore Antoine Arjakovsky

Lettre ouverte aux responsables chrétiens 

Face au radicalisme du patriarche Kirill, l'Université de Fordham a publié une lettre ouverte pour rappeler l'importance des religions dans ce conflit. "Surtout pour demander au chefs des principales églises chrétiennes : du pape François,  au patriarche Bartholomé, en passant par Justin Welby, de condamner l'agression russe contre contre l'Ukraine", spécifie-t-il. Il ajoute : "Il faut maintenant condamner le patriarche Kiril."

Ce que nous disons, c'est qu'il faut aller plus loin, il faut arrêter tout lien œcuménique avec l'Église russe.

Cette lettre, destinée aux responsables religieux occidentaux, rappelle les obligations morales des chrétiens en temps de guerre. "Ce que nous disons, c'est qu'il faut aller plus loin, il faut arrêter tout lien œcuménique avec l'Église russe" souhaite le co-directeur du Collège des Bernardins. 

L'exemple anglican

L'Université de Fordham alerte en particulier l'Église anglicane. Un clair de cette communion chrétienne a publié un texte, aux éditions du Synode, qui met au même niveau l'agresseur et l'agressé. 

Il est allé jusqu'à affirmer qu'une loi à l'encontre de la liberté de conscience va être votée, par le Parlement, à la fin du mois de mars. Une affirmation que réfute Antoine Arjakovsky : " Il y a eu une réponse très forte de l'Église Pentecostal qui dit, au nom de toutes les églises en Ukraine :  cette loi au contraire protège la liberté de conscience", témoigne-t-il. 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don