Accueil
Législatives 2022 : notre mode d'emploi complet dans le Rhône
Partager

Législatives 2022 : notre mode d'emploi complet dans le Rhône

Un article rédigé par La rédaction RCF Lyon - RCF Lyon, le 10 juin 2022  -  Modifié le 10 juin 2022

Ce dimanche 12 juin aura lieu le 1er tour des élections législatives. Le Rhône compte 14 circonscriptions. Quels sont les enjeux locaux ? La rédaction de RCF Lyon vous aide à y voir plus clair avant d'aller voter.

© visuel RCF Lyon © visuel RCF Lyon


1re circonscription du Rhône

 

Territoire : 5e arrondissement de Lyon, partie sud du 2e, du 7e et du 8e arrondissement
Député sortant : Thomas Rudigoz (LREM), se représente en 2022

 

En 2017, Thomas Rudigoz, ancien maire du 5e arrondissement, avait profité de la vague macroniste sur le pays pour s’imposer largement au second tour des législatives. 5 ans plus tard, la tâche s’annonce plus complexe : Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête dans la moitié de la circonscription, plébiscité notamment dans le 7e arrondissement. La gauche s’est organisée mais l'union n'est pas totale : l’adjointe à la petite enfance du 7e arrondissement Aurélie Gries (LFI) a été investie par la NUPES, mais Grégory Dayme sera également candidat avec le soutien du parti radical de gauche. Il avait tenté sa chance aux dernières municipales lyonnaises pour briguer la mairie du 2e arrondissement.

La droite tentera quant à elle le maintien au second tour après sa lourde défaite dès le premier tour en 2017. Une liste Les Républicains emmenée cette année par Anne Prost, élue dans le 5e arrondissement et présente notamment sur la liste de la majorité régionale de Laurent Wauquiez aux élections régionales en 2021.

 

 

2e circonscription du Rhône

 

Territoire : 1er et 4e arrondissements de Lyon, partie nord du 2e et une partie du 9e
Député sortant : Hubert Julien-Laferrière (LREM puis Génération Écologie), se représente en 2022 sous l'étiquette de la NUPES

 

Hubert Julien-Laferrière avait été élu député il y a 5 ans sous les couleurs de La République en marche. Une victoire face la gauche avec 53 % des voix. Mais un quinquennat plus tard, l'élu a quitté le parti présidentiel pour rejoindre Génération Écologie de Delphine Batho. Il se représente cette année sous l’étiquette de la NUPES. Il reste quand même très contesté à gauche pour sa versatilité partisane. Face à lui, d'autres candidats de gauche se présentent en dissident, comme le socialiste Philippe Prieto, Adrien Drioli (Gauche républicaine et sociale) et Raphaël Arnault (Jeune garde).

Renaissance (parti macroniste) présente un jeune candidat, Loïc Terrenes, qui pourrait être le principal rival du député sortant. Surtout s’il bénéficie, dans un potentiel duel au second tour, des votes de la candidate Les Républicains Myriam Fogel-Jedidi.

 

 

3e circonscription du Rhône

 

Territoire : Ouest du 3e arrondissement de Lyon, sud du 7e et partie centrale du 8e arrondissement
Député sortant : Jean-Louis Touraine (LREM), ne se représente pas

 

Après trois mandats à l'Assemblée nationale, le député sortant Jean-Louis Touraine, 76 ans, décide de laisser la main à son attachée parlementaire, Sarah Peillon, qui est la candidate investie par la majorité présidentielle. Elle affrontera 12 autres candidats. Principale menace à gauche : Jean-Luc Mélenchon est arrivé largement en tête sur le territoire de la circonscription au premier tour de la présidentielle avec 35,6 % des votants. Dans une circonscription considérée comme gagnable à gauche, c'est l'écologiste Marie-Charlotte Garin qui a été investie par la NUPES. Pourtant, la dissidence pourrait lui nuire : le conseiller du 8e arrondissement Jean François Auzal se présente également sous l’étiquette du Parti radical de gauche. Une disparité qui pourrait peut-être profiter à une figure montante de la droite républicaine : Béatrice de Montille, investie par Les Républicains, élue d’opposition dans le 3e arrondissement lyonnais. Elle tentera de perturber le match annoncé entre la NUPES et la majorité présidentielle.



ALLER PLUS LOIN | Réécoutez notre débat entre Sarah Peillon, Marie-Charlotte Garin et Béatrice de Montille : https://www.rcf.fr/articles/actualite/legislatives-2022-retour-sur-le-debat-de-la-3e-circonscription-du-rhone

 

4e circonscription du Rhône

 

Territoire : 6e arrondissement de Lyon, est du 3e et nord du 8e
Députée sortante : Anne Brugnera (LREM), se représente en 2022

 

Dans une circonscription avec une forte proportion de cadres et des votes penchant plutôt à droite, la députée sortante Anne Brugnera, ancienne socialiste, avait créé l'alternance en s'imposant en 2017 sous l’étiquette présidentielle. Cette année, la droite espère bien reconquérir cette quatrième circonscription avec un candidat connu localement : Pascal Blache, le maire du 6e arrondissement, réélu en 2020. Candidate elle aussi à ces élections municipales, Anne Brugnera n’était d’ailleurs arrivée qu’en 3e position derrière la liste écologiste.

À l’extrême droite, la candidate de Reconquête Florence Darbon est une ancienne adjointe LR à la mairie du 6e arrondissement. Le Rassemblement national, qui fait généralement des scores assez bas dans cette circonscription, présente aussi une candidate peu connue : Véronique Coulais.

À gauche, après la percée de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle à Lyon, la NUPES porte ses espoirs sur l’écologiste Benjamin Badouard, co-président du groupe des écologistes de la Métropole de Lyon.

 

 

5e circonscription du Rhône

 

Territoire : Caluire-et-Cuire, Fontaines-sur-Saône, Neuville-sur-Saône, Collonges-au-Mont-d’Or, Limonest, Saint-Didier-au-Mont-d’Or
Députée sortante : Blandine Brocard (Modem), se représente en 2022

 

Elle fait partie de ces figures de La République en marche qui ont émergé en 2017 : Blandine Brocard avait réussi il y a cinq ans à remporter un siège de députée occupé depuis plus de 15 ans par Philippe Cochet, le maire Les Républicains de Caluire-et-Cuire et figure majeure de la droite locale.

Cette année, ce dernier passe le flambeau à Bastien Joint, candidat de 27 ans, directeur de cabinet du maire de Meyzieu. Il souhaite incarner le renouveau et aura la lourde charge de reconquérir ce fief historique de la droite républicaine mais non sans peine, le parti présidentiel ayant été largement plébiscité à la dernière élection présidentielle.

À gauche, malgré le bon score de Jean-Luc Mélenchon arrivé 2e au premier tour de l’élection présidentielle à Caluire-et-Cuire, la NUPES n’est pas en terrain conquis, et c’est l'élu d'opposition socialiste au conseil municipal caluirard Fabrice Matteucci qui se présente.

 

 

6e circonscription du Rhône

 

Territoire : Villeurbanne
Député sortant : Bruno Bonnell (LREM), ne se représente pas

 

Son parachutage a été accepté difficilement dans ce bastion historiquement socialiste : Gabriel Amard apparaît comme le favori de cette élection. Ce conseiller régional de l'Isère est le gendre de Jean-Luc Mélenchon et a été investi par la NUPES, dans une circonscription où son beau-père a obtenu 38 % des voix au premier tour de l'élection présidentielle, douze points devant Emmanuel Macron. Le maire actuel de Villeurbanne Cédric Van Styvendael le soutient finalement mais l’ancien maire socialiste Jean-Paul Bret ne l'accepte pas, apportant son appui politique à la candidature dissidente de Katia Buisson, pour le Parti radical de gauche.

La majorité présidentielle perd son député sortant Bruno Bonnell. Le gouvernement l’a chargé de piloter le plan de relance France 2030 en janvier. Pour le remplacer dans cette alliance, le pôle « Ensemble » a choisi Emmanuelle Haziza investie par Horizons, le parti d'Edouard Philippe. C'est la troisième fois que cette avocate villeurbannaise se présente aux législatives. En 2012 et 2017, elle l'avait fait sous les couleurs des Républicains.

À noter, la candidature de la déléguée départementale du Rassemblement national Michèle Morel. Elle tentera de faire un résultat dans cette ville où Marine Le Pen a récolté 12 % des voix au premier tour de l'élection présidentielle.

 

 

7e circonscription du Rhône

 

Territoire (non exhaustif) : Rillieux-la-Pape, Bron, Vaulx-en-Velin
Députée sortante : Anissa Khedher (LREM), se représente en 2022

 

Le duel du second tour de 2022 pourrait être un remake de celui de 2017 : la député sortante LREM Anissa Khedher a de nouveau comme adversaire le maire de Rillieux-la-Pape et candidat Les Républicains Alexandre Vincendet. L'élection d'il y a cinq ans s'était jouée à 248 voix près.

Mais il faudra compter avec un troisième protagoniste cette année : Abdelkader Lahmar, candidat NUPES issu de la France insoumise. Ce professeur et militant historique de Vaulx-en-Velin pourrait s’inviter dans la partie. Au premier tour de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a obtenu presque 55 % des voix dans la cité vaudaise. Il a aussi devancé ses adversaires à Bron et à Rillieux-la-Pape. Mais les électeurs des quartiers populaires répondront-ils présents à cette élection ? Autre interrogation : la candidature socialiste dissidente de Stéphane Gomez, adjoint à la mairie vaudaise soutenu par l'édile locale Hélène Geoffroy. Il pourrait grappiller des voix à gauche.

 

 

8e circonscription du Rhône

 

Territoire (non exhaustif) : Amplepuis, L'Arbresle, Le Bois-d'Oingt (Val d'Oingt), Lamure-sur-Azergues, Tarare et Thizy (Rhône) ; Champagne-au-Mont-d'Or, Dardilly, Écully et La Tour-de-Salvagny (Métropole de Lyon)
Députée sortante : Nathalie Serre (LR), candidate en 2022

 

11 candidats et 11 nouvelles têtes pour ces législatives 2022. Aucun des candidats d’il y a 5 ans ne retente sa chance. Même la députée sortante Les Républicains Nathalie Serre va candidater pour la première fois en son nom propre : en 2017 elle était seulement la suppléante de Patrice Verchère, qui a démissionné en cours de mandat. Nathalie Serre avait pris le relais en 2020. Face à elle, le président de la Chambre d’agriculture du Rhône Dominique Despras. Élu du MoDem, il sera le candidat de la majorité présidentielle. Pendant trois ans, il avait été le vice-président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes délégué à la santé. Il faisait donc partie de la majorité de Laurent Wauquiez. Dans cette terre de droite, à la présidentielle, Marine Le Pen et Éric Zemmour ont enregistré des scores importants. De quoi susciter des candidatures à droite de la droite, trois en l’occurrence : un candidat souverainiste des Patriotes Mathieu Nové-Josserand, une candidate zemmouriste pour Reconquête Marie de Penfentenyo de Kérvéréguin, ancienne élue du Rassemblement national. Le parti de Marine Le Pen qui sera lui représenté par la candidature d’Antoine Dubois. Enfin, à gauche, quatre candidatures. Celle de la NUPES avec la communiste Cécile Bulin, mais il y a de la dissidence : Pascale Braud divers gauche et deux écologistes, Valérie Lawo et Joël Gaud sont aussi candidats.

 

 

9e circonscription du Rhône

 

Territoire (non exhaustif) : Anse, Beaujeu, Belleville, Villefranche-sur-Saône
Député sortant : Bernard Perrut (LR), ne se représente pas

 

Changement de député assuré dans cette circonscription du Beaujolais, puisque le député Les Républicains Bernard Perrut ne briguera pas de sixième mandat à l'Assemblée nationale. Il y siégeait sans interruption depuis... 1997. Pourtant, la rupture n'est pas totale. Bernard Perrut se présente en suppléant du nouveau candidat LR, son poulain Alexandre Portier. Âgé de 32 ans, cet adjoint à la sécurité à la mairie de Villefranche-sur-Saône aura la lourde tâche de ne pas perdre ce bastion de la droite républicaine.

Bastion qui avait failli basculer côté La République en marche aux dernières élections législatives, à deux points près. Le principal concurrent sera donc le candidat de la majorité présidentielle Ambroise Méjean, 26 ans, président national des Jeunes avec Macron. Cet Ardéchois a été parachuté dans cette circonscription, volonté du Président de la République lui-même.

Un territoire à enjeux aussi pour Marine Le Pen. La présidente du RN est arrivée en tête au premier tour de la présidentielle à Belleville et a récolté ses scores les plus hauts du département dans cette partie du nord du Rhône. Son candidat aux législatives 2022 : Rémi Berthoux, 25 ans, professeur de philosophie dans la banlieue de Lyon. À droite toujours, la candidate Reconquête est Claire de Guernon, ancienne co-listière RN à Montélimar.

Pour la gauche aussi, la circonscription n’est pas forcément perdue. Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête au premier tour de la présidentielle à Villefranche-sur-Saône. De quoi donner des idées à la candidate insoumise et ancienne gilet jaune Mylène Dune, investie par la NUPES.

 

 

10e circonscription du Rhône

 

Territoire (non exhaustif) : Saint-Genis-Laval, Brignais, Chaponost, Saint-Symphorien-sur-Coise, Thurins, Vaugneray, Vourles
Député sortant : Thomas Gassilloud (LREM), se représente en 2022

 

Dans ce territoire rural, où depuis 40 ans, un candidat issu de la droite est systématiquement élu, ils seront huit candidats à essayer de battre le député sortant de la majorité présidentielle Thomas Gassilloud, candidat à sa succession. L’ancien maire de Saint-Symphorien-sur-Coise devra affronter à nouveau quatre candidats déjà présents en 2017 : Sophie Cruz pour Les Républicains, Gerbert Rambaud pour Debout la France, Gilles Bompard pour Lutte ouvrière et Agnès Marion, ancienne cadre du Rassemblement national, qui cette année se présente sous la bannière du mouvement Reconquête d’Éric Zemmour.

À gauche, c’est une socialiste qui a été investie par la NUPES : Michèle Edery, conseillère de la Métropole de Lyon et adjointe à la Politique de la Ville à la mairie de Saint-Fons, une ville qui n’est pourtant pas située dans cette 10e circonscription du Rhône. À noter la présence d’un candidat pour le Parti animaliste, Sébastien Ruiz, d’une autre pour le mouvement Résistons de Jean Lassalle, Fatiha Chanelet, et d’une candidature écologiste indépendante, celle de Xavier Ulubas, engagé dans le mouvement des Gilets jaunes en 2018.

 

 

11e circonscription du Rhône

 

Territoire (non exhaustif) : Condrieu, Givors, Mornant, Saint-Symphorien-d'Ozon
Député sortant : Jean-Luc Fugit (LREM), se représente en 2022

 

Le député sortant LREM Jean-Luc Fugit pourrait bénéficier de la fameuse prime au sortant, fort d'une présence sur le terrain remarquée, notamment au moment de la crise des Gilets jaunes : il n’avait pas hésité à se présenter à une assemblée citoyenne du mouvement en 2019 à Ternay pour faire face à la colère de ses administrés. Ternay, et son nœud routier, point de tension numéro 1 sur un territoire, où les problématiques de mobilité sont fortes.

Dans cette circonscription où l’extrême-droite a gagné du terrain par rapport à 2017, le duel pourrait être face au Rassemblement national. Le parti de Marine Le Pen investit Michel Dulac, 79 ans, ancien conseiller régional. Reconquête, le parti d’Éric Zemmour, présente également un candidat : Charles Ascarino, 29 ans, ex-RN.

La gauche part d’un peu plus loin, mais tentera de tirer son épingle du jeu avec Abdel Youfsi, communiste investi par la NUPES.

Enfin, la droite tentera de prendre sa revanche sur le député sortant, elle qui avait perdu son siège au profit de Jean-Luc Fugit. Les Républicains jouent la carte du visage familier et de l’implantation locale en investissant Paul Vidal, conseiller régional, maire de Toussieu depuis 1995 et président de la communauté de communes de l’Est lyonnais (CCEL).

 

 

12e circonscription du Rhône

 

Territoire (non exhaustif) : Oullins, Francheville, Irigny, Pierre-Bénite, Sainte-Foy-lès-Lyon, Tassin-la-Demi-Lune
Député sortant : Cyrille Isaac-Sibille (Modem), se représente en 2022

 

Le député sortant Modem Cyrille Isaac-Sibille est candidat à sa réélection sous les couleurs de la majorité présidentielle « Ensemble ». Il avait battu en 2017 Jérôme Moroge et affrontera à nouveau cette année le maire Les Républicains de Pierre-Bénite.

La gauche pourrait-elle créer la surprise ? Difficile à imaginer sur cette terre de droite. Jean-Luc Mélenchon a tout de même dépassé les 20 % au premier tour de la présidentielle sur ce territoire sans réserve de voix. Il sera représenté par un candidat NUPES venant d’Europe Écologie Les Verts : Jean-François Baudin. Une gauche qui part en plus divisée dans cette circonscription avec la candidature dissidente du socialiste Arthur Chambon, soutenu par le Parti radical de gauche.

 

 

13e circonscription du Rhône

 

Territoire (non exhaustif) : Genas, Colombier-Saugnieu, Jons, Pusignan, Saint-Bonnet-de-Mure et Saint-Laurent-de-Mure (Rhône), Chassieu, Décines-Charpieu, Jonage, Meyzieu et la partie est de Saint-Priest (métropole de Lyon)
Députée sortante : Danièle Cazarian (LREM), ne se représente pas

 

Une chose est sûre : cette 13e circonscription du Rhône va changer de députée. La sortante macroniste Danièle Cazarian ne se représente pas, ce sera son assistante parlementaire Sarah Tanzilli qui portera cette année la bannière de la majorité présidentielle. À sa gauche et à sa droite, les candidatures sont éparpillées. L’insoumis Victor Prandt représentera l’union de la gauche mais il y a aura également deux candidatures dissidentes de la mouvance écologiste : Didier Barthès et Christina Perreira. À droite, le maire de Saint-Priest Gilles Gascon sera le candidat des Républicains. Si on pousse un plus loin vers l’extrême-droite, on se bouscule avec trois candidatures : Auriane Chomette pour Les Patriotes, Alain Pechereau pour le Rassemblement national et Océane Gigarel pour Reconquête d’Éric Zemmour. Rien d’étonnant dans cette circonscription, où Marine Le Pen est arrivée en tête dans plusieurs villes au second tour de l’élection présidentielle.

 

 

14e circonscription du Rhône

 

Territoire (non exhaustif) : Vénissieux, ouest de Saint-Priest, Feyzin, Corbas, Saint-Fons
Député sortant : Yves Blein (LREM), se représente en 2022

 

Le député sortant Yves Blein a déjà effectué deux mandats à l'Assemblée nationale, le premier sous l’étiquette socialiste, et le deuxième avec La République en marche. Cette année, il n’aura pas de concurrent Les Républicains, la candidate n’a pas pu déposer à temps son dossier en préfecture.

Son principal opposant semble être celui qu'il avait affronté au second tour en 2017 : le candidat du Rassemblement national Damien Monchau, encouragé cette année par les bons scores de Marine Le Pen à la présidentielle. À l’extrême droite, il n’est pas tout seul : le sulfureux candidat de Reconquête lui fait de l’ombre, le syndicaliste policier Bruno Attal. Il y a aussi Martin Egron pour Les Patriotes.

La gauche n’est pas en reste, La France insoumise est arrivée en tête au premier tour dans plusieurs communes de cette circonscription. Après l'imbroglio autour de Taha Bouhafs, le candidat de l'union à gauche est finalement l’insoumis Idir Boumertit, éducateur sportif à Vénissieux.

Enfin, notons la candidature de Mokrane Kessi, président de l’association France des banlieues. Il se présente sous l’étiquette Divers centre.

 

 



RCF Lyon diffuse également dans le Nord de la Loire et le Nord-Isère. Voici les circonscriptions concernées par le territoire d'écoute de la radio.

 

5e circonscription de la Loire

 

Territoire (non exhaustif) : Roanne
Députée sortante : Nathalie Sarles (LREM), se représente en 2022

 

10 candidats font face à la députée sortante LREM Nathalie Sarles qui brigue un nouveau mandat sous la bannière « Ensemble ». Le contexte politique n'est pas le même qu'en 2017 : si les communes urbaines du Roannais ont voté majoritairement pour Emmanuel Macron au premier tour de l'élection présidentielle en avril, les électeurs de nombreuses communes rurales ont porté leur voix sur Marine Le Pen. Une dynamique dont espère bien profiter la candidate du Rassemblement National, Sandrine Granger. Deux autres candidats se voient également au second tour : le LR Antoine Vermorel-Marquès, adjoint au maire de Renaison et conseiller départemental. Quant à Ismaël Stevenson, de la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale (NUPES), nouveau venu dans le paysage politique roannais et quasi inconnu des électeurs, il parie sur le bon score de Jean-Luc Mélenchon aux présidentielles et le rassemblement des forces de gauche.

 

 

6e circonscription de l'Isère

 

Territoire : Bourgoin-Jallieu Nord, Crémieu, Morestel, Pont-de-Chéruy
Députée sortante : Cendra Motin (LREM), se représente en 2022

 

En 2017, Cendra Motin l’avait emporté face à Gérard Dézempte, le maire de Charvieu-Chavagneux, devenu depuis coordinateur régional de Reconquête. Les deux candidats s’étaient à nouveau affrontés lors des élections départementales de l’an dernier, remportées par Gérard Dézempte. Mais pas de troisième duel entre les deux cette année car le maire de Charvieu-Chavagneu a décidé de ne pas être candidat aux législatives. Motif : l’union des droites qu’il appelait de ses vœux ne s’est pas réalisée. Et effectivement, il y a aura une candidate zemmouriste, Amélie Jullien, une candidate pour Debout la France, Sylvie Holtz, et un candidat du Rassemblement national, Alexis Jolly, conseiller régional et délégué départemental du parti de Marine Le Pen en Isère.

En embuscade, la maire Les Républicains de Frontonas, Annick Merle, vice-présidente du Conseil départemental de l’Isère, tentera de faire oublier le faible score obtenu par Valérie Pécresse à l’élection présidentielle. Elle n’a pas dépassé les 5 % dans l’ensemble des communes de la circonscription, avec un échec cuisant à Pont-de-Chéruy où elle n’a obtenu que 2,64 % des suffrages exprimés.

À gauche, une seule candidate pour la NUPES : l’insoumise Nicole Finas-Fillon.

 

 

8e circonscription de l'Isère

 

Territoire (non exhaustif) : Vienne
Députée sortante : Caroline Abadie (LREM), se représente en 2022

 

Cette circonscription a changé régulièrement de couleur politique : à droite jusqu’en 2012, puis à gauche jusqu’en 2017, et enfin LREM jusqu’à aujourd’hui. Alors que Caroline Abadie avait largement gagné au second tour en 2017, profitant de la vague macroniste en France, le contexte est moins favorable aujourd’hui : Marine Le Pen est arrivée en tête au second tour de la présidentielle dans la circonscription. Mais l’extrême-droite est aujourd’hui divisée avec trois candidats déclarés : Thibaut Monnier, défait en 2017 face à Caroline Abadie au second tour, a changé de camp pour se ranger derrière Reconquête. Le Rassemblement national a investi de son côté le conseiller régional Benoît Auguste. Les Patriotes aussi seront de la partie : le parti de Florian Philippot investit Jean-Louis Goujon, qui se revendique du mouvement des Gilets jaunes. Mais ici, les menaces viennent de tous les côtés : à gauche, le militant écologiste viennois Quentin Dogon sera le candidat de la NUPES. Il pourrait faire un bon score dans sa ville, là où Jean-Luc Mélenchon a atteint un peu plus de 26 % des voix exprimées. Et enfin, la droite, en embuscade : Les Républicains investissent Jean-Claude Lassalle, soutenue par un certain… Thierry Kovacs, maire de Vienne et suppléant de la liste LR.

 

 

10e circonscription de l'Isère

 

Territoire : Bourgoin-Jallieu-Sud, La Verpillière, L'Isle-d'Abeau, La Tour-du-Pin et Pont-de-Beauvoisin
Députée sortante : Marjolaine Meynier-Millefert (LREM), se représente en 2022

 

La députée sortante Marjolaine Meynier-Millefert, novice en politique en 2017 et élue avec la République en marche, est candidate à sa succession. Mais elle aura fort à faire car au 1er tour de l’élection présidentielle en avril, c’est Marine Le Pen qui est arrivée en tête avec près de 29 % des voix, cinq points de plus qu’Emmanuel Macron.

La candidate du Rassemblement national Nathalie Germain a donc de fortes ambitions, mais la concurrence sera rude pour cette membre du conseil national du RN, avec une candidature des Patriotes (Serge Compagnon) et une candidature zemmouriste pour Reconquête, Stéphane Blanchon, qu’elle connaît bien : il a été élu avec l’étiquette RN au Conseil régional il n’y a même pas un an.

Toujours à droite, l’adjoint à la mairie de Bourgoin-Jallieu et vice-président de la CAPI Aurélien Lepretre a obtenu l’investiture des Républicains.

À gauche, c’est un militant de la France insoumise qui incarnera l’union de la NUPES, Allan Brunon. Cet habitant de Villefontaine de 22 ans veut faire entendre la voix de la jeunesse. Il lui faudra parvenir à convaincre les électeurs de gauche car sont candidats également Élodie Jammot-Schwander pour la Fédération de la gauche républicaine, Estelle Merino comme écologiste indépendante et Pierre Leviaux pour République souveraine.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don