Accueil
L'édito de Samuel Grzybowski
Partager

L'édito de Samuel Grzybowski

RCF,  -  Modifié le 19 septembre 2018
Chaque semaine Samuel Grzybowski propose son regard sur l'actualité.
Fanny Cohen Moreau Fanny Cohen Moreau

« Deux juifs, trois opinions » dit-on dans l’humour populaire juif. Mais eux aussi, les catholiques, s’illustrent assez souvent par leurs divergences mises en scène pour le théâtre politico-médiatique. Dimanche, ce sont les musulmans qui ont augmenté la mise. Nous sommes à deux musulmans pour - non pas deux, non pas trois, mais - quatre opinions ! Qui dit mieux ? Un sarcasme ? De l’ironie ? Aucunement ! La divergence n’est pas la division et apprendre à tolérer le clivage en interne est une vertu dont la communauté des Français musulmans sait faire usage depuis de longues années. Plutôt que d’y voir un désordre ou un chaos, regardons les milles façons d’être musulmans aujourd’hui !

Dimanche sortait un nouveau rapport de Hakim El Karoui intitulé « La Fabrique de l’islamisme ». Ce normalien agrégé de géographie de 47 ans, se passionne depuis 2015 pour la gestion,  l’accompagnement, le suivi, la formation de l’islam de France ou de l’islam en France. Fin 2016, il a signé un premier rapport pour l’Institut Montaigne intitulé « Un islam français est possible », puis au
début de cette année, un livre, L’Islam, une religion française. Très critiqué et débattu par les musulmans eux-mêmes, ce nouveau rapport préconise des propositions chocs, commentées dès lors dans toutes les émissions de télé : taxe sur le halal, apprentissage de l’arabe à l’école, création d’une nouvelle instance. Le but serait de redonner aux Français Musulmans les clés de leurs destins en finançant leurs travaux théologiques par la consommation communautaire.

Mais au delà des propositions médiatiques, qui peuvent faire office de solutions magiques, la pointe de ce rapport reste le rappel de la distinction fondamentale entre les 50 nuances d’islamisme !
Ironie de nouveau ? Pas une seule seconde, puisqu’il y a bien de très grandes divergences - du frérisme au wahhabisme en passant par le salafisme militant - sur les façons d’envisager la présence de l’islam en politique. 

Hier encore la toile s’enflammait sur la dimension coloniale ou la gestion potentiellement indigéniste des français musulmans, que reflèterait l’ambition d’un tel rapport. Ce qui est sûr c’est que Twitter a ses raisons que la raison ignore, et qu’un seul Twitto – lui - a plusieurs milliers d’opinions. Mais hier c’était aussi et surtout le Nouvel An musulman, et nous commençons ce matin l’année 1 440 du calendrier islamique basé sur la date de l’Hégire du prophète de l’Islam, Muhammad. 

Deux religions, trois opinions ? Ce matin pas vraiment, car on pourrait dire deux religions, un seul réveillon ! Au même moment nos amis Juifs fêtent aussi la nouvelle année avec Roch Hachana inaugurant l’année 5779 de leur calendrier qui aurait débuté avec la création du monde. 4 339 ans d’écart entre ces deux traditions cousines aux 1000 visages et divergences : de belles fêtes de familles en perspectives et surtout Bonnes Années à tous nos concitoyens, musulmanes et musulmans, juives et juifs d’ici et d’ailleurs !

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don