Accueil
Le vieil homme à la rose de Roland Michaud
Partager

Le vieil homme à la rose de Roland Michaud

RCF,  -  Modifié le 29 mai 2020
L'image de la semaine Le vieil homme à la rose de Roland Michaud
Lundi, Roland Michaud disparaissait. David Groison rend hommage à ce grand photographe de l'Asie, en analysant son célèbre portrait de l'Homme à la rose.
RCF - David Groison RCF - David Groison

Roland Michaud, on lui doit l'Homme à la rose, le célèbre cliché d’un vieil Afghan coiffé d’un turban bleu, les yeux noirs en amande, le regard perdu au loin, un bouc blanc long et magnifique sur le menton, un port de tête altier et le corps vêtu d’une toge assortie et élimée. Il tient en sa main fatiguée une rose délicate. Un bouton de fleur fragile. La photo a fait la couverture de la grande monographie que les éditions La Martinière ont consacré au photographe en 2015. Avant cela, cette image a fait le tour du monde. Elle incarne bien l’art de Roland et Sabrina Michaud.

Un article du Monde tentait de le résumer il y a quelques années. "Les Michaud sont les pionniers d'un style photographique mis au point dans les années 60, disent-ils, aussi populaire que décrié : des images en couleur à la lumière naturelle, le plus souvent prises en Asie centrale ; des portraits sacralisés de patriarches enturbannés propices à la carte postale ; des cavaliers picturaux ; des paysages qui accrochent la lumière rasante, le soleil qui file dans le ciel gris plombé."

"Notre photographie rend l'autre plus beau. Nous cherchons un ailleurs merveilleux", confiait Roland Michaud. Plus factuellement, on peut dire qu’il cherche à figer des scènes hors du temps et de l'actualité, des paysages non souillés, des rites ancestraux, des vêtements traditionnels. L'universalité le pousse à chercher des emblèmes communs à l'humanité. Il veut montrer que le paysan chinois et celui des Cévennes sont un même homme. 

On lui a reproché d'ailleurs de chercher ce que nous avons en commun plutôt que ce qui nous sépare. Et Roland répondait : "Même si nous ne montrons qu'un dixième de la réalité, ce dixième existe. Il n'y a quand même pas que des prostituées en Inde !" Il faut dire que sa démarche est sincère. Avec sa femme Sabrina, il a vécu un premier périple de quatre ans et demi, au cœur des années 60, en Inde, en Afghanistan, dans un véhicule tout terrain. Ils sont partis de Paris. Ils dorment dans des petites auberges, chez l’habitant. Ils prennent leur temps, vivent de trois fois rien. Ils s’installent dans les bazars, les maisons de thé, les campements pashtouns, et les citadelles des montagnes. Ils sont en quête d’un eldorado mystique.

"Nous l'avons rencontré en Afghanistan, disent-ils, ou pour être plus exact, l'Afghanistan nous a révélé l'eldorado qui sommeille en nous." Et cette correspondance se voit dans cette photo de l’Homme à la rose. On ne sait rien de lui, de son village, de sa vallée. Il est matelassier, mais rien ne l’indique sur la photo. C’est un visage, comme un paysage. C’est un visage, comme un reflet de l’âme, une contemplation. L’homme regarde au loin, il est en pleine réflexion. Et nous devant cette image, nous sommes comme lui. Poussés à l’introspection, à la méditation.

Pour plagier "Le Petit Prince", on se demande nous aussi quelle est notre rose, quelle est cette chose fragile dont nous devons prendre soin ? À 84 ans, Roland Michaud nous a quittés sans faire les grands titres des journaux. Mais ce n’est pas si étonnant, lui qui a toujours fui l’agitation du présent, pour chercher une forme de sagesse, même dans les terres les plus soumises aux soubresauts de l’actualité comme l’Afghanistan.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don