Accueil
Le Secours catholique prend la défense du maire de Saint-Brevin
Partager

Le Secours catholique prend la défense du maire de Saint-Brevin

Un article rédigé par Véronique Devise, présidente du Secours catholique - Caritas France - RCF, le 18 mai 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
La chronique du Secours catholique - Caritas France Le Secours catholique prend la défense du maire de Saint-Brevin

Le Secours catholique a pris la défense du maire de Saint-Brevin. Le 16 mai dernier, l'association a publié un communiqué intitulé "Le Secours catholique soutient Yannick Morez, maire de Saint-Brevin-les-Pins".

©Secours catholique ©Secours catholique

La démission du maire de Saint-Brevin n’est pas anodine. C’est un signe grave de la montée de l’intolérance et de la violence des extrêmes dans notre pays. Des situations comme celles vécues par Monsieur Morez ne doivent plus jamais se reproduire ! Confrontés à cette violence organisée, les maires et élus de nos communes concernées par de telles situations ont besoin de soutien et ne peuvent faire face seuls. Il en va de la responsabilité de chaque citoyen soucieux de cette paix civile, qui reste quand même notre bien commun en France, et aussi de celle des pouvoirs publics.

 

Pourquoi le Secours catholique prend la parole ?

 

Le Secours catholique est fidèle à la parole de l’Église et attaché à l’accueil de nos frères et sœurs en humanité. Nous dénonçons toute idéologie d’exclusion génératrice d’actes d’intolérance et de violence, qui ont été à l’œuvre ces derniers mois à Saint-Brevin-les-Pins et dans d’autres communes. Ces affrontements violents et ces attaques à l’encontre d’un élu de la République sont inadmissibles. Nous devons refuser toutes les formes d’intolérance, porter et défendre les valeurs de la République, notamment la légitimité et la responsabilité des élus, et prôner le dialogue entre les parties, plutôt que le combat.

 

Sur le fond, il faut bien comprendre que l’émigration n’est jamais un choix facile et qu’elle répond à des situations réellement dramatiques des candidats à l’exil dans leur pays. Ils prennent des risques dans l’espoir d’une vie meilleure, qui est loin d’être assurée. Et leur parcours heurté ne doit pas faire oublier leurs compétences (pas assez reconnues) et leur force de caractère !

 

C’est pourquoi l’accueil des demandeurs d’asile est à la fois un devoir moral de respect dû à tout être humain, d’où qu’il vienne, et une chance : celle de la rencontre et de la solidarité. Ce qui s’est vécu ces dernières années à Saint-Brevin-les-Pins, entre les habitants et les personnes migrantes, qui vivent depuis 2016 dans un premier centre d’accueil, est la démonstration vivante de l’importance de l’accueil et du vivre-ensemble.

 

Au Secours catholique, nous sommes convaincus que le dialogue et la rencontre sont des clés pour sortir de cette crise. Ils favorisent la connaissance mutuelle dans le respect de la dignité de chacun. Et ils permettent d’envisager sereinement des réponses aux questions éventuelles soulevées par un projet. Pour cela, chacun doit faire un effort, mais c’est possible et c’est la seule façon d’avancer vers une intégration réussie des exilés présents en France qui ne prive personne de ses droits.

 

Comme vous le savez, le Secours catholique défend l’accès aux droits fondamentaux pour
toute personne résidant en France,
ceci afin de favoriser et faciliter leur intégration au sein de
notre société. Nous soutenons l’idée d’une convention citoyenne qui en débattrait sérieusement
et permettrait peut-être d’apaiser les tensions, en vue d’un débat politique apaisé, surtout dans
la perspective d’un nouveau projet de loi sur l'asile et l’immigration.

 

Je tiens à réaffirmer qu’en tant qu’association de solidarité et d’éveil à la solidarité, le Secours
catholique – Caritas France reste plus que jamais engagé pour l’accueil, la protection, l’intégration et la promotion des personnes migrantes, comme y appelle le pape François. Elles ont souvent vécu des situations personnelles dramatiques, traversé le monde au péril de leur vie et la France se doit de les accueillir dans des conditions qui respectent la dignité de chacun et chacune d’entre elles. Nous y prenons notre part, inspirés par nos convictions chrétiennes qui reconnaissent un frère et une sœur dans chacun d’eux.

 


 

Chaque jeudi, écoutez la chronique de Véronique Devise, la présidente du Secours catholique - Caritas France.

> La Chronique du Secours catholique

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don