Accueil
Le Secours catholique dénonce "le désastre écologique" de la vallée de l'Orbiel
Partager

Le Secours catholique dénonce "le désastre écologique" de la vallée de l'Orbiel

Un article rédigé par Véronique Devise, présidente du Secours catholique - RCF, le 4 mai 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
La chronique du Secours catholique - Caritas France Le Secours catholique dénonce "le désastre écologique" de la vallée de l'Orbiel

Nous luttons pour reconnaître la situation de pollution chimique qu’il existe dans ce petit paradis de l’Aude, la vallée de l’Orbiel. Ce site est devenu un des lieux les plus pollués au monde suite à l’exploitation d’une mine d’or désormais fermée depuis 2004.

Véronique Devise ©Secours Catholique Véronique Devise ©Secours Catholique

Aujourd’hui les habitants ne peuvent plus cultiver les fruits et légumes de leurs jardins. Les enfants ne peuvent pas jouer dehors et se promener plus de quelques heures par jour est devenu un risque pour leur santé. Les 120 tonnes d’or produites ont généré au moins 22 millions de tonnes de produits toxiques, notamment de l’arsenic et du cyanure auquel s’est ajouté tout un tas de déchets non traités par l’incinérateur de la mine. Les mesures coûteuses (142 millions d’euros) mais dérisoires prises par l’État pour colmater les stockages sont inefficaces. Aujourd’hui, la pollution est toujours présente.


Le Secours catholique sait composer avec l’urgence mais le long terme est notre cœur de métier, notre façon d’agir. Ainsi les équipes d’urgences du Secours catholique ont été mobilisées auprès des personnes sinistrées lors des inondations catastrophiques d’octobre 2018 qui ont frappé la vallée de l’Orbiel. Elles ont apporté un soutien et une aide matérielle aux personnes.


Nous nous sommes alors rendu compte que ces inondations ont aussi créé un désastre écologique énorme. Elles ont entraîné le déversement de plusieurs centaines de millions de tonnes de boues et limons chargés de toxiques dans le bassin versant, contaminant en outre un peu plus encore les nappes phréatiques.


Depuis, en lien avec d’autres partenaires et associations locales comme Terre d’Orbiel, Gratte Papiers, nous essayons de faire en sorte que l’État n’oublie pas les personnes restées dans la vallée, qu’il prenne ses responsabilités tant envers les habitants que pour la protection de l’environnement, par le biais de différents recours. Dans cette vallée, les plus pauvres et les plus fragiles n’ont pas les moyens financiers de partir et quand ils restent, ils n’ont pas les moyens de se soigner. Ils doivent être protégés. L’ensemble des habitants du territoire de l’Orbiel et notamment les plus précaires, assignés à résidence dans un territoire pollué, doit pouvoir retrouver des conditions de vie sanitaires, sociales et économiques décentes afin de pouvoir envisager un avenir serein sur ce territoire qui a par ailleurs de nombreux atouts touristiques.


L’État doit aussi garantir aux habitants des territoires en aval, Carcassonnais et Narbonnais, d’avoir un environnement sain par une politique de sécurisation, dépollution, prévention qui n’a pas lieu aujourd’hui. Ce n’est pas en ignorant le problème qu’il va se régler. L’État doit agir pour le bien de tous et en particulier des personnes les plus précaires sans plus attendre.
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don