Accueil
Le GFA Rumilly-Vallières, petit poucet de la Coupe de France de football
Partager

Le GFA Rumilly-Vallières, petit poucet de la Coupe de France de football

Un article rédigé par Victorien Duchet - RCF,  -  Modifié le 11 mai 2021
Malgré l’arrêt des championnats amateurs, le GFA Rumilly-Vallières, club de National 2, s’apprête à disputer ce jeudi une demi-finale de Coupe de France, face à l’AS Monaco.
Victorien Duchet Victorien Duchet

Accéder au dernier carré de la compétition pour un club amateur haut-savoyard, c’est une première. La Haute-Savoie est davantage connue pour ses sports de glisse, et son équipe de hockey-sur-glace à Chamonix, que pour ses clubs de foot. Une réalité d’autant plus frappante, quand, en 2016, l’Evian Thonon Gaillard, est contraint de déposer le bilan. Du rêve au cauchemar pour les hommes du charismatique Pascal Dupraz qui, trois ans plus tôt, avaient disputé une finale de Coupe de France. On souhaite le même destin au GFA Rumilly-Vallières, au moins pour la première partie du scénario, décrocher son billet pour la finale au Stade de France. 

Un jeune club à la méthode rigoureuse

Le GFA est né en 2018 de la fusion de deux clubs forts du territoire. Rumilly, petite ville de 15.000 habitants à une demi-heure d’Annecy, et Vallières, à côté. C’est aussi le plus gros club en termes de licenciés de Haute-Savoie. À la baguette de l’équipe senior, qui évolue en National 2, 4ème échelon du foot français, Fatsah Amghar, le coach. Et tout comme il y a une méthode Guardiola, Klopp, et Mourinho, les trois inspirations de l’entraineur du GFA, il existe une méthode Fatsah Amghar. "C’est la rigueur, le physique et la combativité. C’est vraiment un entraîneur qui ne pousse pas à faire beaucoup d'entraînements répétés mais un entrainement rigoureux", analyse Ludo Jourdain, le directeur sportif du GFA. 

Pas évident de maintenir la pression, quand on est fromager, kiné, surveillant dans un collège. Ces joueurs ont un métier à côté du rectangle vert. Alors comment gérer les sollicitations médiatiques de ces derniers jours ? "C’est devenu un quotidien chez nous mais on arrive à répartir les sollicitations. On met en avant les joueurs qui sont plus à l’aise que d’autres", explique Fatsah Amghar avec philosophie. 

Le parcours est déjà remarquable pour le petit poucet de la compétition. Une dotation de 600.000 euros a d’ores et déjà été reversée au club. La moitié aux joueurs, a confié Ludo Jourdain, et le reste, direction les économies, précieuses pour faire face à la crise sanitaire. 

Une crise sanitaire qui n’a pas entamé l’enthousiasme des supporters de Rumilly

Malgré le huis-clos, et la distanciation sociale, les joueurs et le staff ont pu ressentir toute la ferveur qui entoure cette petite ville de 15.000 âmes ! Habitants, commerçants, ont décoré leurs vitrines aux couleurs des Bleus. C’est le cas de Murielle, gérante d’une boutique de vêtements. "J’ai emprunté au club un maillot d’un joueur, j’ai pris des drapeaux, une grande affiche. La ville s’est mise au couleurs des Bleus, il y en a de partout !", se réjouit-elle. Une belle éclaircie dans cette période morose pour les commerçants toujours fermés. Pour cet habitant de Rumilly, ce jeudi soir, le choix sera difficile. Supporter de Monaco, Philippe a choisi son camp : ce sera le GFA. "Je les soutiens à fond", assure-t-il.

Tous voient le GFA signer un nouvel exploit ce jeudi soir, et décrocher le billet pour une finale improbable au Stade de France ! David, agent immobilier à Rumilly, a déjà tout prévu pour la suite. "J’ai promis à toute mon équipe que s’ils arrivaient à passer l’étape d’après on allait faire une grande banderole", sourit l'agent immobilier.

La finale au Stade de France devrait se jouer avec 1000 supporters, avec une dérogation au couvre-feu pour ces supporters chanceux. L’un d’entre eux est chanceux. Jeune commentateur sportif à RCF Savoie, Jules Cottalorda, 15 ans, commentera en direct la demi-finale pour la radio locale H2O, comme il l’a fait depuis le début de l’aventure. Présent au Parc des Sports d’Annecy, Jules tentera de transmettre le maximum d’émotions, malgré le huis-clos. Et la tâche s’avère difficile. "Il faut mettre encore plus de rythme, c’est toujours agréable de donner du plaisir aux gens, la communion est encore plus intense", s'enthousiasme le jeune commentateur.

Rendez-vous ce jeudi à 21h15 pour suivre une demi-finale princière Rumilly/Monaco ! 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don