Accueil
Le Département de Gironde souhaite intensifier la veille et les contrôles dans les Ehpads
Partager

Le Département de Gironde souhaite intensifier la veille et les contrôles dans les Ehpads

RCF Bordeaux,  -  Modifié le 4 février 2022
Actualités Le Département souhaite améliorer les dispositifs de contrôle des Ehpads

Le Département de la Gironde va renforcer ses contrôles dans les Ehpads. C’est l'annonce donnée cette semaine du Président du Conseil Départemental de la Gironde. Jean-Luc Gleyze s’est dit choqué par les révélations du livre « Les fossoyeurs » et le scandale ORPEA.

Le Département annonce un renforcement des contrôles dans les Ephads Le Département annonce un renforcement des contrôles dans les Ephads

Le Président du Conseil départemental de Gironde a annoncé un renforcement des contrôles dans les maisons de retraites. La Gironde compte 181 Ephads (établissements pour personnes âgées dépendantes), presque 15 000 lits dont la moitié sont dans le secteur privé. Et le Président de la collectivité Jean-Luc Gleyze souhaite d’avantages de contrôle inopinés en cas de suspicion comme il l’avait déjà demandé il y a quatre ans au gouvernement…

 

«Je crois que la mesure n’a pas été prise de la réalité aujourd’hui du vieillissement de la société, de la nécessité d’appréhender la question de l’autonomie et du grand âge. Depuis le domicile jusqu’aux Ephads en passant par les résidences autonomies, les résidences services, il y a un sujet qui est devant nous.

 

Le vieillissement de la société va être un sujet fondamental qu’il faudra impérativement traiter. Pour cela il faut une loi ambitieuse qui définisse à la fois l’éthique mais aussi les moyens de manière à faire en sorte que nous soyons collectivement - au titre de la solidarité nationale - à la hauteur de ce que nous devons aux personnes âgées notamment.»

Jean-Luc Gleyze, Président du Conseil Départemental de Gironde

 

La volonté départementale est d’accentuer à la fois les contrôles inopinés et les contrôles programmés, mais aussi de mettre en place une cellule qui permettra de recueillir les alertes de maltraitance.

La collectivité va également se rapprocher de l’ARS (Agence régionale de santé) avec qui elle partage les responsabilités de gestion des établissements. Elle souhaite notamment mettre en place une plateforme commune qui permettra de consolider les données.

 

Une attention va être portée aussi sur les signaux faibles, pour connaître bien en amont les éléments de pré-alerte de ce qui se passe dans les établissements.

 

Jean-Luc Gleyze a également annoncé la mise en place prochaine d’un numéro d’urgence pour les familles en cas de suspicion de maltraitance.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don